Diminuer le texteAppuyer sur Ctrl - pour diminuer la taille du texte
Agrandir le texte
Appuyer sur Ctrl + pour augmenter la taille du texte
Imprimer le contenu de la page (Nouvelle fenêtre)
Appuyer sur Ctrl + p pour imprimer la page.




Presse

Pont de l’Ascension : Fermeture exceptionnelle des accueils - Maintien des services Déchets, Transports et Eau-Assainissement

Mardi 11 mai 2021 - Nîmes Métropole. A l’occasion du pont de l’Ascension, les accueils au public de Nîmes Métropole seront exceptionnellement fermés le vendredi 14 mai toute la journée. Toutefois, l’Agglo maintient ses services au public relatifs aux Déchets, Transports et Eau-Assainissement.

Les services suivants fonctionneront normalement :

  • Les déchèteries seront ouvertes jeudi 13 et vendredi 14 aux horaires habituels,
  • Le Carré de l’Eau sera ouvert vendredi sur rendez-vous de 9h à 17h au 09 69 36 61 02, pas de permanence en mairie le vendredi,
  • Le réseau de bus Tango circulera jeudi 13 en horaires « Dimanches et jours fériés » et vendredi 14 en horaires « Période allégée »,
  • La boutique Tango sera ouverte vendredi de 9h à 12h30 et de 14h à 17h30,
  • Le standard Tango sera joignable vendredi au 0 970 818 638 (numéro non surtaxé),
  • L’espace véloTANGO sera ouvert vendredi de 7h30 à 19h et joignable au 04 66 38 59 43.

Retrouvez l’ensemble des démarches administratives réalisables en ligne ici.

Contact Presse :
Sabine Torres
Directrice de la Communication
06 81 41 52 34
sabine.torresping[at]nimes-metropolepong.fr

Contournement Ouest de Nîmes : Franck Proust interpelle le Premier ministre Jean Castex

Mercredi 5 mai 2021 – Nîmes Métropole. Dans un courrier adressé au Premier ministre Jean Castex, Franck Proust, président de Nîmes Métropole, a souhaité attirer son attention sur un chantier majeur pour notre Agglomération : le contournement Ouest de Nîmes. Si l’enjeu global est bien de mettre en œuvre l’infrastructure dans son intégralité, la priorité à déployer rapidement est le raccordement à l’autoroute A9 à hauteur de la route D40.

Le projet de contournement Ouest de Nîmes (projet Conim), avait été évoqué lors de la dernière visite du Premier ministre à Nîmes, le 27 mars dernier, « sujet prioritaire pour le bon fonctionnement et le développement de notre territoire », comme le rappelle Franck Proust, président de Nîmes Métropole.

Conscient « des difficultés de tous ordres qui font souvent obstacle aux projets structurants », le président de l’Agglomération propose de « marquer les étapes prioritaires pour une à une les réaliser dans le temps ».

  1. Que le Contrat de plan État-Région (CPER), actuellement en vigueur, soit honoré et que l’enquête publique se déroule au plus tôt en mettant un terme aux retards pris ;
  2. Que la réalisation du raccordement de l’A9 à la RD40 soit accélérée :

Franck Proust propose ainsi, à l’image du projet de contournement urbain de Montpellier, de s’appuyer sur le concessionnaire d’autoroute, ASF-VINCI pour la prise en charge la réalisation de ce barreau dans le cadre de sa concession.

Pour aller plus loin, téléchargez ci-dessous :

  • Support 1 - Nîmes Métropole - Contournement Ouest de Nîmes - Courrier de Franck Proust à Jean Castex

Contact Presse :
Sabine Torres
Directrice de la Communication
06 81 41 52 34
sabine.torresping[at]nimes-metropolepong.fr

Déchets verts & encombrants : Le Nettoyage de printemps est de retour le week-end des 8 et 9 mai !


Vendredi 30 avril 2021 – Nîmes Métropole. Initialement prévu le week-end des 10 et 11 avril, le Nettoyage de printemps avait dû être reporté à la suite des annonces du Président de la République quant aux nouvelles restrictions sanitaires. C’est désormais confirmé : le week-end des 8 et 9 mai se déroulera cette opération très attendue par les habitants de l’ Agglomération, qui pourront déposer leurs déchets verts et encombrants dans les 10 mini-déchèteries spécialement ouvertes pour l’occasion. Bonus 2021 : la distribution gratuite de compost sur 5 sites, à Nîmes, Caveirac et Bouillargues !

Opération-phare portée par la Direction de la collecte et du traitement des déchets (DCTDM) de Nîmes Métropole, le Nettoyage de printemps permet chaque année aux habitants de l’Agglomération de déposer leurs déchets verts et encombrants dans 10 mini-déchèteries ouvertes pour l’occasion sur le territoire de la Ville de Nîmes.

Attention, seuls les déchets verts et encombrants seront acceptés ! Les autres déchets - notamment gravats et métaux – seront refusés par les agents. Les usagers seront invités à les déposer dans les déchèteries habituelles (Ancienne Motte, Saint-Césaire et Lauzières).

Cette année, les mini-déchèteries resteront ouvertes au public le samedi 8 et le dimanche 9 mai, de 9h à 18h. L’opération est doublée cette année d’une mise à disposition de compost gratuit à destination des usagers sur 5 sites. Les usagers souhaitant s’en procurer sont invités à venir avec leurs contenants et matériel.

A noter que ce week-end spécial mobilise entre 35 et 40 agents par jour (20 pour l’accueil des usagers, 5 à 10 pour le transport des bennes, 10 pour le gardiennage des sites), ainsi que 1 agent administratif de Nîmes Métropole.

Infos pratiques

Nettoyage de printemps

Samedi 8 et le dimanche 9 mai, de 9h à 18h

Numéro unique de la DCTDM : 04 66 02 54 54

Les 10 mini-déchèteries :

  • Chemin de Camplanier (angle avec Chemin du Sureau)
  • Quartier Puech du Teil (parking stade Rue du Vallon)
  • Quartier Calvas (Chemin Mas du Roulan – Plan de l’Olivier)
  • Quartier Castanet (Stade chemin de la Combe des Oiseaux)
  • Quartier Courbessac (Rue du Scarabée)
  • Quartier Garrigues Nord (Chemin des Rondes et de Russan)
  • Quartier Route d’Alès (ancienne Route d’Anduze)
  • Quartier Russan (Place de l’Ambiance)
  • Carrière Rouvin (Chemin des Justices Vieilles)
  • Chemin de la Planette (Plan du Feu)

Les 5 lieux de retrait de compost :

  • Quartier Castanet (Stade, chemin de la combe des Oiseaux) – Nîmes
  • Quartier Route d’Alès (Ancienne Route d’Anduze) – Nîmes
  • Carrière Rouvin (Chemin des justices vieilles) – Nîmes
  • Déchèterie de Caveirac
  • Déchèterie Bouillargues

En raison du contexte sanitaire, le port du masque est obligatoire ainsi que le respect des gestes barrière.

Support en téléchargement ci-dessous :
- Support 1 - Affiche Nettoyage de printemps 2021-05-08 & 09

Contact Presse :
Marie Pitras
Chargée de Communication Collecte & traitement des déchets
06 01 35 50 60
marie.pitrasping[at]nimes-metropolepong.fr

Reconversion de l’ex-base Ocvia : la maison d’arrêt et la future ZAE Nîmes Sud se dessinent

Mardi 27 avril 2021 – Nîmes Métropole. Le cœur de l’ancienne base travaux Ocvia a battu de nouveau ce jour tandis que Franck Proust, président de Nîmes Métropole, a présenté sur site les projets de reconversion de la zone. Si d’ici 2027, une maison d’arrêt y verra bien le jour, un autre projet stratégique se dessine : celui du développement de la 22ème zone d’activités économiques (ZAE) de l’Agglo, la ZAE Nîmes Sud.

Auparavant à vocation agricole, le site a servi de base vie à la société Ocvia pour la construction du contournement ferroviaire Nîmes-Montpellier réalisé entre 2015 et 2019. Actuellement démantelé et à l’état de friche, d’une superficie de 71 ha, il est situé à la croisée de la LGV de contournement ferroviaire Nîmes-Montpellier et de la voie ferrée Nîmes-Le Grau du Roi, sur trois communes : Nîmes - en grande partie -, Milhaud et Générac.

L’objectif est de mixer deux projets de reconversion : d’une part la future maison d’arrêt, d’autre part une nouvelle zone d’activités économiques (ZAE Nîmes Sud), à l’horizon 2027. Le premier constituant un moteur important pour le réaménagement du site, comme l’explique Franck Proust, président de Nîmes Métropole : « Cet équipement public d’envergure que sera la prison ne détériorera pas la viabilité économique de la zone, mais va, au contraire, la dynamiser ! ».

Une ambition portée par Frédéric Touzellier, premier vice-président de Nîmes Métropole, délégué à l’aménagement du territoire et maire de Générac : « L’opportunité d’avoir la maison d’arrêt sur la plateforme Ocvia va donner nouveau sens à ce territoire et une attractivité génératrice d’emplois ». Les chiffres prévisionnels en témoignent : 150M€ de travaux, 700 détenus accueillis, 300 à 350 emplois générés, 4M€ de prestations d’entretien, de blanchisserie et de restauration à des prestataires locaux...

Et Franck Proust de remercier tout particulièrement Françoise Dumas, députée du Gard, « qui a œuvré au quotidien pour l’avancée de ce dossier », tandis que le choix gardois n’était pas acquis. Toutes les conditions sont désormais réunies pour créer un établissement pénitentiaire « digne de ce nom » - face à la surpopulation de la maison d’arrêt actuelle -, et parfaitement situé, d’après la députée gardoise.

Ce double projet de maison d’arrêt et de ZAE est « la récompense d’un travail d’équipe » entre toutes les parties prenantes dont se félicitent conjointement le président de l’Agglomération et Marie-Françoise Lecaillon, préfète du Gard : « C’est l’aboutissement d’un travail commun de plusieurs années, qui va générer d’importantes retombées économiques pour le territoire tout en mettant en place des conditions d’incarcération décentes pour les détenus et leur famille ».

A noter que pour l’ingénierie et le montage opérationnel de ce dossier, Nîmes Métropole sera accompagnée par l’Établissement public foncier (EPF) d’Occitanie. D’une durée de 5 ans et d’un périmètre s’étendant sur l’ensemble du site (71 ha), une convention d’intervention foncière de 3,3M€ doit être prochainement entérinée entre Nîmes Métropole et l’EPF d’Occitanie pour la mise en œuvre opérationnelle du projet. Quant à elle, la réalisation de la future ZAE de Nîmes Sud se fera par une procédure de zone d’aménagement concerté (ZAC).

Supports à disposition en téléchargement ci-dessous :

  • Support 1 - Nîmes Métropole - Note Ocvia
  • Support 2 - Nîmes Métropole - Reconversion Ocvia - Illustrations & chiffres-clefs
  • Support 3 - Ministère de la Justice - Dossier de presse prisons Programme 15.000 places
  • Photos 1 à 3 – Nîmes Métropole - Conférence de presse du 27 avril 2021

Présents ce jour lors de la conférence de presse :
(Légende photo 1, de gauche à droite)

  • Georges Borras, directeur général adjoint de l’Etablissement public foncier (EPF) d’Occitanie,
  • Olivier Fabregoul, vice-président de Nîmes Métropole, délégué au développement économique,
  • Franck Proust, président de Nîmes Métropole,
  • Françoise Dumas, députée du Gard,
  • Marie-Françoise Lecaillon, préfète du Gard,
  • Jean-Luc Descloux, maire de Milhaud
  • Jean-Christophe Grégoire, vice-président de Nîmes Métropole, délégué à l’aménagement des zones d’activités (ZAE)

Contact Presse :
Marion Morlock
Chargée de Communication Aménagement du territoire
06 75 41 70 06
marion.morlockping[at]nimes-metropolepong.fr

Prévention des inondations sur Nîmes Métropole : Participez à la concertation PAPI III jusqu’au 10 mai !

Jeudi 15 avril 2021 – Nîmes Métropole. L’Établissement public Vistre Vistrenque et l’Agglomération Nîmes Métropole viennent de terminer la première version du PAPI III Vistre, nouveau dispositif de prévention des inondations. De nombreux acteurs ont travaillé conjointement afin de proposer un programme d’actions répondant au mieux aux problématiques du territoire. Ce programme est soumis à l’avis de la population lors d’une phase de concertation qui se tient jusqu’au 10 mai 2021.

« C’est un projet pour la postérité qui est vraiment emblématique de la noblesse de la politique, souhaitant laisser aux générations futures un mode plus sûr. D’ailleurs, par son ampleur, c’est un des plus grands de France », souligne Marc Taulelle, membre du Bureau communautaire, délégué à la gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (Gemapi).

L’Établissement Public Vistre Vistrenque et l’Agglomération Nîmes Métropole viennent de terminer la première version du programme d’action de prévention des inondations (PAPI) III Vistre, nouveau dispositif de prévention des inondations. De nombreux acteurs ont travaillé conjointement afin de proposer un programme d’actions répondant au mieux aux problématiques du territoire. Ce programme est soumis à l’avis de la population lors d’une phase de concertation qui se tient jusqu’au 10 mai 2021.

Le territoire couvert par le Vistre et ses affluents, dont les cadereaux nîmois, ainsi que par les cours d’eau des Costières orientales qui s’écoulent vers le canal du Rhône à Sète est particulièrement exposé au risque inondation. Son histoire est parsemée d’événements ayant marqué les mémoires comme les crues de 1988, 2002, 2005 ou plus récemment 2014.

En réponse à cette vulnérabilité, plusieurs programmes d’actions permettant de réduire le risque lié aux inondations ont vu le jour : le programme Cadereau et les PAPI I et II du Vistre. Porté par l’EPTB Vistre Vistrenque et la Communauté d’Agglomération Nîmes Métropole, le PAPI III Vistre s’inscrit dans la continuité des précédents dispositifs.

L’une des caractéristiques du PAPI 3 Vistre est la volonté de construire ce dispositif de manière partagée. Son élaboration intègre différents acteurs locaux et spécialistes du risque inondation mais également la population. Ainsi, un programme d’actions construit à partir d’un diagnostic approfondi du territoire est soumis à une phase de concertation permettant de recueillir l’avis et les remarques de la population concernée.

A vos souris !

Infos pratiques :
Concertation publique jusqu’au 10 mai 2021.

Où ?
Via le site internet http://www.papi3.vistre-vistrenque.fr, qui regroupe l’ensemble des informations et documents concernant le projet du PAPI III Vistre.

Comment ?
Après avoir pris connaissance de ces éléments, cliquez sur la page « concertation » afin de donner votre avis sur le programme d’actions proposé. Il est également possible de proposer des actions complémentaires à celles déjà envisagées.

Et après, concrètement ?
L’ensemble des avis et commentaires recueillis seront étudiés et, le cas échéant, pris en compte dans la finalisation du PAPI III Vistre. Suite à cette phase de concertation, un bilan synthétique des contributions recueillies sera présenté sur le site du PAPI III Vistre. Ce site internet permettra, par la suite, de communiquer sur la mise en oeuvre du programme d’actions qui débutera en 2022.

Supports à disposition ci-dessous :

  • Cartographie du territoire couvert par le PAPI III Vistre
  • Logo papi III Bassin versant du Vistre
  • Pour aller plus loin : Note à l’attention des médias sur les PAPI II et III

Contacts Presse :

EPTB Vistre Vistrenque
04 66 84 55 11
Concertationping[at]vistre-vistrenquepong.fr

Marie Pitras
Chargée de communication Gemapi
06 01 35 50 60
marie.pitrasping[at]nimes-metropolepong.fr

Restrictions sanitaires : les Journées méditerranéennes des saveurs reportées aux 24, 25 et 26 septembre

Mercredi 14 avril 2021 – Nîmes Métropole. À la suite des annonces du Président de la République, les partenaires des Journées méditerranéennes des saveurs (JMS), initialement prévues les 7, 8 et 9 mai prochains à Nîmes, se sont réunis pour échanger sur la pertinence de maintenir cet événement face au renforcement des restrictions sanitaires. Il a été décidé le report des JMS aux 24, 25 et 26 septembre prochains tout en maintenant la première édition de la journée consacrée à l’emploi, la formation et l’apprentissage le vendredi 7 mai 2021.

Franck Proust, président de Nîmes Métropole, Magali Saumade, présidente de la Chambre d’agriculture du Gard, Henry Brin, président de la Chambre de métiers et d’artisanat du Gard, et Eric Giraudier, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Gard, se sont réunis pour discuter sur la pertinence de maintenir ou non les Journées méditerranéennes des saveurs (JMS), initialement prévues les 7, 8 et 9 mai prochain.

Tous sont unanimes pour reconnaître que les conditions sanitaires ne sont pas réunies pour permettre l’organisation du salon de l’agriculture gardois. Ils souhaitent donc reporter cette fête autour des produits et des savoir-faire gardois à l’automne, les 24, 25 et 26 septembre prochains, quand le contexte sanitaire permettra vraisemblablement de nous réunir de nouveau dans une ambiance festive et conviviale.

La volonté des organisateurs est d’ajouter un volet socio-économique à l’édition 2021 de cette manifestation. Malgré la crise, l’emploi en agriculture reste indispensable. C’est pourquoi la 1ère édition de la journée consacrée à l’emploi, la formation et l’apprentissage est maintenue vendredi 7 mai 2021 (sous réserves des règles sanitaires).

Cette journée aura lieu au Mas de l’agriculture, à Nîmes, afin de respecter un protocole sanitaire strict sur un site clôturé permettant de respecter les jauges et règles en vigueur. Tous les organismes travaillant en lien avec l’agriculture et les services en milieu rural seront présents pour informer sur une large palette de métiers. Les opportunités de formation initiale, continue, en apprentissage sont nombreuses (ex : métiers en lien avec les animaux, paysagistes…). Des offres d’emploi (CDI ou CDD) dans le Gard seront proposées. Cette journée a pour objectif de contribuer à la relance économique des entreprises gardoises.

Supports à disposition ci-dessous :

  • JMS - Affiche du Forum Formation-Apprentissage-Emploi - vendredi 7 mai 2021
  • Photos des JMS 2020

Contacts Presse :

Maguelonne Méric
Chargée de communication Chambre d’agriculture du Gard
06 15 64 86 50
maguelonne.mericping[at]gard.chambagripong.fr

Laurence Journet
Chargée de Communication Economie Nîmes Métropole
06 23 72 50 48
laurence.journetping[at]nimes-metropolepong.fr

Appel à projets Plan Climat : 100.000€ pour financer les projets en faveur du territoire  

Lundi 12 avril 2021 – Nîmes Métropole. L’Agglomération propose chaque année une dotation financière permettant de soutenir la réalisation de projets en lien avec le développement durable. Un enjeu majeur pour notre écométropole, qui se spécialise et augmente la dotation 2021. Objectif ? Financer les projets qui concourent à l’atténuation ou à l’adaptation au changement climatique du territoire de Nîmes Métropole. Associations, entreprises, institutions, vous avez un projet ? Candidatez avant le 5 juin !

Voilà près de dix ans que l’Agglomération propose chaque année une dotation conséquente en investissement afin de soutenir les projets en lien avec le développement durable et la transition énergétique. L’an passé, l’appel à projets #DéDé, ancien nom du programme, permettait de financer des projets pour un montant total de 80.000€. En 2021, l’appel à projets se spécialise, devient « Plan Climat » et sa dotation est désormais de 100.000€.

« L’appel à projets Plan climat est une motivation chaque année pour que les gens portent une réflexion en conscience sur le sujet ô combien important et obligatoire aujourd’hui du climat », souligne Bernard Angelras, vice-président de Nîmes Métropole, délégué à l’environnement. « C’est un sujet très important quand on sait que notre objectif est la neutralité carbone ainsi que de bâtir, comme le souhaite le Président Franck Proust, une véritable écométropole. »

Etude ou travaux pour extinction lumineuse permettant de lutter contre la pollution lumineuse, accompagnement à la labellisation « Villes et villages étoilés », plantation de haies ou d’arbres (agroforesterie) adaptées au changement climatique et accueillant la biodiversité sur les exploitations agricoles… Autant de thématiques financées dans le cadre de cet appel à projets Plan Climat, qui soutient les projets en lien avec l’atténuation ou l’adaptation au changement climatique.

Un appel à projets qui se matérialise par une convention de partenariat et une subvention versée en une seule fois, non reconductible, au début du projet. « Cette opération vise à soutenir et à aider des actions concrètes, exemplaires et innovantes pour lutter contre le dérèglement climatique et améliorer le cadre de vie quotidien », rappelle de con côté Pierre Lucchini, vice-président de Nîmes Métropole, délégué aux énergies renouvelables. « Si vous avez un projet, Nîmes métropole vous aide à devenir acteurs de votre territoire en lui donnant vie. »

Et Maurice Gaillard, membre du Bureau communautaire, délégué à l’urgence climatique et au Plan Air-Climat-Energie territorial (PCAET), de conclure : « Toutes les analyses des évolutions climatiques réalisées depuis les années 1980 le démontrent : d’ici 2050, nous aurons sur Nîmes Métropole un climat identique à celui de Marrakech ». A moins d’anticiper et d’atténuer au maximum les effets du réchauffement climatique, afin de réduire la vulnérabilité de notre territoire aux changements climatiques.

Infos pratiques :

A qui s’adresse l’appel à projet Plan climat ?

  • Associations,
  • Entreprises,
  • Institutions et communes, déjà existants ou en cours de création sur le territoire de Nîmes Métropole

NB : Les porteurs de projets souhaitant créer une nouvelle structure sont les bienvenus !

Quels sont les critères d’éligibilité de mon projet ?

  • Bénéficier au territoire de l’agglomération (= se dérouler sur le territoire)
  • Être portés par une des 3 catégories de public identifié (= porteurs de projet/communes/entreprises ou associations)
  • S’inscrire dans une des thématiques listées en annexe ou concourir à l’atténuation ou adaptation au changement climatique du territoire (Voir la liste des thématiques concernées dans le règlement ICI, page 4) ;

NB : Mon projet ne doit pas être terminé mais il peut avoir démarré !

Jusqu’à quand puis-je candidater ?

La fiche de candidature renseignée doit être envoyée avant le 5 juin 2020. Les fiches de candidatures sont à envoyer préférentiellement par mail mais un envoi courrier reste possible. Chaque candidature sera instruite par un jury. Les porteurs de projets présélectionnés seront convoqués pour audition.

NB : En fonction des conditions sanitaires, il sera possible que l’audition et/ou la remise des prix ne soient pas mis en œuvre ou prennent une forme dématérialisée.

Quel est le calendrier prévisionnel ?

  • Clôture des candidatures : 5 juin 2021
  • Audition des projets présélectionnés : sept 2021 (Date prévisionnelle)
  • Remise des prix : novembre/décembre 2021 (Date prévisionnelle)
  • Versement des subventions : novembre/décembre 2021 ou début 2022 (Date prévisionnelle)

Qui puis-je contacter si besoin ?

Pour toute demande de renseignements, vous pouvez contacter :
Mme Yannick MIQUEL
Cheffe du pôle Environnement et développement durables de Nîmes Métropole
yannick.miquelping[at]nimes-metropolepong.fr

Toutes les infos pratiques sur l’appel à projet Plan Climat ICI

Contact Presse :
Marie Pitras
Chargée de Communication Développement durable
06 01 35 50 60
marie.pitrasping[at]nimes-metropolepong.fr

Prévention des inondations sur Nîmes Métropole : La concertation pour le PAPI III est lancée !

Vendredi 9 avril 2021 – Nîmes Métropole. L’Établissement public Vistre Vistrenque et l’Agglomération Nîmes Métropole viennent de terminer la première version du PAPI III Vistre, nouveau dispositif de prévention des inondations. De nombreux acteurs ont travaillé conjointement afin de proposer un programme d’actions répondant au mieux aux problématiques du territoire. Ce programme est soumis à l’avis de la population lors d’une phase de concertation qui se tient du 10 avril au 10 mai 2021.

« C’est un projet pour la postérité qui est vraiment emblématique de la noblesse de la politique, souhaitant laisser aux générations futures un mode plus sûr. D’ailleurs, par son ampleur, c’est un des plus grands de France », souligne Marc Taulelle, membre du Bureau communautaire, délégué à la gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (Gemapi).

Accéder au site de la concertation

[INFOS USAGERS] Restrictions sanitaires : Nîmes Métropole reporte le Nettoyage de printemps

Jeudi 8 avril 2021 – Nîmes Métropole. À la suite des annonces du Président de la République, les services de Nîmes Métropole ont dû réorganiser leurs missions afin de s’adapter au renforcement des restrictions sanitaires. Si les missions quotidiennes de la direction de la collecte et du traitement des déchets (DCTDM) restent inchangées, plusieurs événements réunissant du public ont dû être reportés, à l’image du Nettoyage de printemps qui devait se tenir le week-end prochain.

Le Nettoyage de printemps consiste en la mise en place de 10 mini-déchèteries réparties sur le territoire de la Ville de Nîmes, qui devaient rester ouvertes au public le samedi 10 et le dimanche 11 avril, afin de recueillir les déchets verts et encombrants des habitants de l’Agglomération.

L’opération était doublée cette année d’une mise à disposition de compost gratuit à destination des usagers sur 3 sites. A noter que ce week-end spécial mobilise entre 35 et 40 agents par jour (20 pour l’accueil des usagers, 5 à 10 pour le transport des bennes, 10 pour le gardiennage des sites), ainsi que 1 agent administratif de Nîmes Métropole.

Pour des raisons de restrictions sanitaires, afin d’assurer la sécurité du grand public et le succès de cette opération, Nîmes Métropole a décidé de reporter cet événement à une date ultérieure, qui sera communiquée dans les prochains jours (Programme à venir).

Rappel du numéro unique de la DCTDM : 04 66 02 54 54.

Contact Presse :
Marie Pitras
Chargée de Communication Développement durable
06 01 35 50 60
marie.pitrasping[at]nimes-metropolepong.fr

[INFOS USAGERS] Restrictions sanitaires : Nîmes Métropole adapte ses services au public à partir du 6 avril

Samedi 3 avril 2021 – Nîmes Métropole. À la suite des annonces du Président de la République Emmanuel Macron, les services de Nîmes Métropole ont commencé à réorganiser leurs missions afin de s’adapter au renforcement des restrictions sanitaires. Si les services « Eau » et « Déchets » restent inchangés, plusieurs mesures liées aux transports en commun entreront en application dès mardi 6 avril 2021 pour prendre en compte la fermeture des établissements scolaires tout en garantissant la continuité du service public.


Transports en commun réorganisés

  • Passage en « Horaires Allégés », vacances scolaires, pour l’intégralité du réseau. Horaires disponibles aux arrêts, sur le site internet de Tango et sur l’application mobile ;
  • Aucune ligne TEMPO ne circulera ;
  • Les lignes de 71 à 87 fonctionneront uniquement en réservation sur notre site internet : tangobus.fr, « se déplacer », rubrique « TAD » ou au 0970 818 638 ;
  • Maintien des services Handigo et de la navette Vaccination pour les 75 ans et + ;
  • La boutique TANGO reste ouverte aux horaires suivants : du lundi au samedi, de 9h à 12h30 et de 14h à 17h30 ;

NB : S’ils le peuvent, les usagers sont invités à recharger leurs abonnements ou acheter des titres de transport de manière dématérialisée aux distributeurs de titres, sur la boutique en ligne ou sur l’application M’ticket.Toutes les infos sur les transports en commun ICI.
 


Eau de Nîmes Métropole : suspension des permanences dans les mairies de l’Agglo

Suite au contexte sanitaire actuel et aux nouvelles annonces gouvernementales, les permanences d’Eau de Nîmes Métropole dans les mairies de Clarensac, La Calmette, Marguerittes et Saint-Gilles sont suspendues pour une durée indéterminée.

En fonction des prochaines directives gouvernementales, nous vous tiendrons informés de la date de reprise.

Dans l’intervalle, les usagers peuvent contacter les services d’Eau de Nîmes Métropole au 0 969 366 102 ou réaliser leurs démarches directement sur le site internet eaudenimesmetropole.fr. L’accueil au Carré de l'Eau reste ouvert uniquement sur rdv.

Toutes les infos sur la gestion de l’eau ICI.


Collecte & traitement des déchets maintenus

  • Je sors mes poubelles comme d’habitude ;
  • Je jette mes déchets sanitaires dans un sac que je ferme avant de le mettre dans le sac d’ordures ménagères ;
  • Je continue à faire le tri de mes emballages recyclables sans les laver ;
  • Je me rends à la déchèterie aux horaires habituels (Cf. Voir le détail des horaires des déchèteries de Nîmes Métropole :  ICI pour les particuliers et ICI pour les professionnels).

Toutes les infos sur la collecte et le traitement des déchets ICI.

Contact :
Sabine Torres
Directrice de la Communication
06 81 41 52 34
sabine.torresping[at]nimes-metropolepong.fr

Vaccination contre la Covid-19 : Nîmes Métropole continue d’investir pour accompagner nos aînés

Vendredi 2 avril 2021 – Nîmes Métropole. Depuis le 1er février 2021, Nîmes Métropole offre aux habitants de plus de 75 ans demeurant dans l’Agglomération un service de navettes gratuites vers les deux centres de vaccination Covid-19 : le CHU Carémeau et Costières, à Nîmes. Ce service, qui a déjà accompagné près de 500 usagers sur le territoire, se poursuit dans le cadre du reconfinement annoncé cette semaine par le Gouvernement.

L’objectif est « d’aider nos aînés les plus fragiles, n’ayant pas toujours les moyens de se déplacer facilement, à aller se faire vacciner contre la Covid-19 le plus rapidement possible, depuis leur domicile », souligne Jean-Marc Campello, vice-président de Nîmes Métropole, délégué aux mobilités, également conseiller municipal de la Ville de Nîmes. En espérant bien sûr que le vaccin soit au rendez-vous ! »

En termes d’organisation, les navettes - au nombre de 5 - se déclenchent à la demande dès que les personnes ont obtenu leur rendez-vous de vaccination (Cf. Infos pratiques ci-dessous). Coût total de l’opération ? 50.000 euros par mois.

A noter que depuis le début de la crise sanitaire, l’Agglomération adapte ses services aux besoins des usagers. « J’ai souhaité qu’à son niveau, Nîmes Métropole - responsable des transports -, s’engage dans la chaine de la Santé en proposant ce service aux séniors de plus de 75 ans, public prioritaire pour la campagne de vaccination », explique Franck Proust, Président de Nîmes Métropole.

Infos pratiques :

Pourquoi une navette ?

Pour être accompagné gratuitement de votre domicile vers les centres de vaccination Covid-19 du CHU Carémeau et des Costières (transport Aller/Retour avec horaires fixés par la centrale de réservation).

Qui peut en bénéficier ?

Toutes les personnes de plus de 75 ans, habitant dans l’une des 39 communes de Nîmes Métropole, à condition qu’elles soient autonomes dans leur déplacement (pas de transport médicalisé). Pour en bénéficier, il faut impérativement avoir pris au préalable un rendez-vous de vaccination au CHU ou au centre des Costières.

Comment en profiter ?

Dès votre rendez-vous pris au centre de vaccination, vous pouvez appeler le 0 970 818 638 (touche 2). 
Le service fonctionne du lundi au samedi, de 8h30 à 12h et de 14h à 17h.

NB : Les réservations peuvent être prises dès connaissance de la date et de l’heure de rendez-vous jusqu’à la veille midi (le vendredi avant midi pour un rendez-vous le lundi).

Supports à disposition ci-dessous :

  • Annexe 1 - Affiche campagne navette vaccination Tango Nîmes Métropole
  • Annexe 2 - Photo navette vaccination Tango Nîmes Métropole - 2021-04-02

Contact Presse :
Marion Morlock
Chargée de Communication Mobilités
06 75 41 70 06
marion.morlockping[at]nimes-metropolepong.fr

Premier budget du mandat voté au service des habitants !

Mardi 30 mars 2021 - Nîmes Métropole. 160M€ d’investissement, 10M€ de réduction de la dette : lors du Conseil communautaire qui s’est tenu lundi 29 mars, les élus de Nîmes Métropole ont largement voté les budgets de l’exercice 2021, sans oublier les taux des taxes d'enlèvement des ordures ménagères (Teom) et de « gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations » (Gemapi).

« Ce budget est la première base du redressement financier de l’Agglomération », souligne Franck Proust, président de Nîmes Métropole dans son discours introductif. Premier budget de la nouvelle mandature installée depuis juillet 2020, budget qui consacre « le retour aux fondamentaux », à savoir le recentrage des dépenses sur les compétences de base : transports, développement économique, protection des biens et des personnes notamment.

Et le président de remercier Frédéric Beaume, vice-président de Nîmes Métropole, délégué aux finances, qui a piloté le Comité de redressement financier mis en place voilà près de 9 mois, et dont le travail – accompagné par les services et la Direction générale de l’Agglo –, a permis de réaliser plus de 7M€ d’économies de fonctionnement. « En dépit de l’inflation et de la crise Covid, nous arrivons à stabiliser les dépenses de fonctionnement par rapport à 2020 et à les baisser d’1M€ par rapport à 2018 », présente le vice-président.

Les recettes de fonctionnement vont-elles aussi connaître une stabilité dans la durée, tandis que l'ajustement au minimum des taux de taxe d'enlèvement des ordures ménagères (Teom) et de la taxe de « gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations » (Gemapi), permet de « compenser les effets négatifs de la crise sanitaire sur les impôts économiques et sur les recettes voyageurs, et la diminution des concours de l’Etat ».

En effet, des leviers financiers ont été trouvés et ont permis de réduire la taxe Teom au maximum par rapport à sa présentation lors du rapport d’orientation budgétaire (ROB) le 8 février dernier. « Chaque groupe politique, chaque élu a pu s’exprimer, dans la sérénité et l’écoute réciproque. C’est bien dans cette atmosphère de respect des points de vue que nous avons pu avancer ensemble depuis le débat autour du ROB », salue Franck Proust, « reconnaissant de la confiance qui règne dans cet hémicycle ».

A noter qu’ont également été présentés les investissements stratégiques à venir, en lien avec les compétences obligatoires de l’Agglo, dont les trois priorités du mandat : transport, développement économique, sécurité des biens & des personnes. « Le bon sens et le pragmatisme seront notre feuille de route », rappelle Frédéric Touzellier, premier vice-président, délégué à l’aménagement du territoire.

Au total, près de 160M€ de crédits vont être mis à la disposition des services de Nîmes Métropole pour préparer l’avenir, dont notamment :

  • 36,8M€ utilisés pour moderniser et développer le réseau d’adduction d’eau potable et les équipements dédiés à l’assainissement des eaux usés ;
  • 26M€ destinés à moderniser le réseau de transport en commun, avec notamment la poursuite de la construction de la ligne T2 ;
  • 19M€ mobilisés au service du développement économique,
  • 15,9M€ fléchés pour la prévention des inondations.

Et Franck Proust de conclure : « Soyons à la fois exemplaires, dynamiques et responsables. Continuons toujours à nous rassembler autour de notre territoire et à concentrer nos énergies au bénéfice de notre bien commun : l’avenir de Nîmes Métropole. »

Supports à disposition (en téléchargement ci-dessous) :

  • Annexe 1 - Discours FProust - Ouverture Conseil communautaire lundi 29 mars
  • Annexe 2 - Intervention FBeaume - Budgets 2021
  • Annexe 3 - Présentation BP consolidé 2021 Nîmes Métropole
  • Annexe 4 - Détail leviers réduction taxe Gemapi (par rapport au ROB)
  • Annexe 5 - Impact hausse Teom de 1% & mise en place taxe Gemapi - Détail par communes
  • Annexe 6 - Impact hausse Teom de 1% & mise en place taxe Gemapi - Ex commune médiane Cabrières
  • Annexe 7 - Discours FProust – Clôture Conseil communautaire lundi 29 mars
  • Annexe 8 - Photo du Conseil communautaire

Contact Presse :
Sabine Torres
Directrice de la Communication
06 81 41 52 34
sabine.torresping[at]nimes-metropolepong.fr

Gare Nîmes-Pont-du-Gard : Le combat continue pour réaliser la 3ème voie à quai !

Vendredi 26 mars 2021 - Nîmes-Pont-du-Gard. Destinée à relier les gares Nîmes-Centre et Nîmes-Pont-du-Gard, la 3ème voie à quai n’est toujours pas réalisée bien qu’évoquée depuis la création de la gare. Alors que les fonds sont disponibles pour voir ce projet aboutir, le Président de Nîmes Métropole et les partenaires ont organisé ce jour une mobilisation au sein de la gare Nîmes-Pont-du-Gard. Objectif : faire avancer ce projet majeur pour l’attractivité du territoire.

Les élus locaux et nationaux sont venus nombreux soutenir l’initiative de Nîmes Métropole.

Le Département du Gard et la Région Occitanie, - autorité organisatrice du transport ferroviaire sur le territoire, tous deux co-financeurs du projet aux cotés de l’Agglomération -, de nombreux maires et élus communautaires des bassins nîmois et alésien, sans oublier les représentants des organismes consulaires comme le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Gard (CCI du Gard), et les responsables des organisations économiques et professionnelles.

Car un sujet les rassemble tous : celui de la réalisation de cette 3ème voie à quai, destinée à optimiser la connexion entre les gares Nîmes-Centre et Nîmes-Pont-du-Gard, aujourd’hui défaillante. « Avons-nous besoin de relance ou non ? », interroge Franck Proust, président de Nîmes Métropole, « car cette gare SNCF est une infrastructure essentielle ! ».

Au croisement entre la « ligne classique » et le contournement Nîmes-Montpellier, le positionnement de la gare de Nîmes-Pont-du-Gard assure une possibilité d’interconnexion TER-TGV ; elle est donc une opportunité de relier efficacement Nîmes au reste du territoire régional et, plus largement, à Paris.

A ce jour, la Région planifie 44 trains empruntant la ligne classique passant par la gare Nîmes-Pont-du-Gard ; ils effectuent un arrêt en pleine voie et assurent une desserte de la gare grâce aux quais aménagés dans la cadre de sa création. Or, malgré l’effort consenti, cette offre n’assure pas des correspondances efficaces avec les TGV. Ainsi, pour le lien avec Nîmes-Centre, qui constitue plus de 50% de la zone de chalandise, 50% des horaires TGV ne sont pas couverts.

De fait, par l’absence d’une 3ème voie à quai, cette gare - pourtant placée idéalement à l’intersection des voies de chemin de fer - ne peut remplir pleinement sa fonction et menace de faire du site Nîmes-Pont-du-Gard une « gare de betteraves », comme le craint Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes. Alors que le projet était pourtant évoqué dès la création de la gare.

Une incompréhension que tous les présents partagent : « Avec Max Roustan (ndlr : maire d’Alès), et nos amis nîmois, nous avons soutenu ce projet de gare car il était un facteur de développement pour notre territoire et garantissait un arrêt TGV sur le Gard. Nous exigeons que les engagements soient tenus en finissant les équipements ! Nous le redirons au Premier ministre en visite demain sur notre territoire », avance Christophe Rivenq, président d’Alès Agglomération.

Une démarche pleinement soutenue par Christian Bastid, conseiller départemental du Gard, Laurent Burgoa et Vivette Lopez, sénateurs du Gard, ainsi que Françoise Dumas, députée de la 1ère circonscription du Gard, présidente de la commission de la défense et des forces armées : « J’ai saisi les différents ministres sur cette affaire ; je suis à vos côtés et nous allons passer à la vitesse supérieure ».

Une mobilisation partagée également par Jean-Luc Gibelin, vice-président de la Région Occitanie, délégué aux mobilités et infrastructures de transport : « Alors qu’elle était posée dès le départ du projet, cette 3ème voie n’a pas été mise en œuvre, ce qui nous coûte davantage. L’Etat doit assumer cette responsabilité ! ».

A noter qu’environ 12 millions d’euros de reliquat de la convention de financement de la gare sont disponibles ; ils ont été provisionnés pour réaliser le raccordement TGV des voies passantes aux voies à quais, un projet de seconde phase qui ne verra pas le jour car moins adapté que le projet de 3ème voie.

Priorité est donc à donner aujourd’hui aux enjeux d’amélioration de la desserte locale, fondamentale pour réussir l’ancrage de cette gare nouvelle à son territoire.

Et Franck Proust de conclure : « Le combat continue ! »

Pour aller plus loin :

Présents à cette mobilisation :

  • Franck Proust, président de Nîmes Métropole
  • Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes
  • Frédéric Touzellier, Premier vice-président, délégué à l’aménagement du territoire, maire de Générac
  • Jean-Marc Campello, vice-président de Nîmes Métropole, délégué aux mobilités et infrastructures de transport
  • Bernard Clément, délégué aux transports ferroviaires, maire de Domessargues
  • Olivier Fabregoul, vice-président, délégué au développement économique, maire de Caissargues
  • Frédéric Beaume, vice-président, délégué aux finances, maire de Lédenon
  • Jean-Luc Chailan, vice-président, délégué au service public de l’eau, maire de Caveirac
  • Jean-François Durand-Coutelle, vice-président, délégué au service public d’assainissement, maire de Saint-Geniès-de-Malgoirès
  • Fabienne Richard-Trinquier, vice-présidente, déléguée au projet alimentaire territorial, maire de Redessan
  • Gilles Gadille, vice-président, délégué à l’administration générale et au personnel, maire de Cabrières
  • Pierre Lucchini, vice-président, délégué aux énergies renouvelables, maire de Moulézan
  • Rémi Nicolas, vice-président, délégué aux projets de secteur et fonds de concours, maire de Marguerittes
  • Jean-Christophe Grégoire, vice-président, délégué à l’aménagement des zones d’activités, maire de Saint-Dionisy
  • Daniel-Jean Valade, vice-président de Nîmes Métropole, délégué à l’enseignement supérieur
  • Michel Verdier, délégué à l’agrotourisme, maire de Saint-Côme
  • Jean-Luc Descloux, délégué au savoir-faire local et au patrimoine rural, maire de Milhaud
  • Jacques Bollegue, délégué à la politique locale du commerce, maire de La Calmette
  • Théos Granchi, délégué au tourisme, maire de Bernis
  • Véronique Poignet-Senger, membre du Bureau communautaire, maire de Montignargues
  • Patrick De Gonzaga, membre du Bureau communautaire, maire de La Rouvière
  • Jean-Jacques Granat, membre du Bureau communautaire, maire de Manduel
  • Patrice Planes, membre du Bureau communautaire, maire de Rodilhan
  • Max Roustan, maire d’Alès
  • Christophe Rivenq, président d’Alès Agglomération
  • Laurent Burgoa, sénateur du Gard
  • Vivette Lopez, sénatrice du Gard
  • Françoise Dumas, députée de la 1ère circonscription du Gard
  • Christian Bastid, conseiller départemental du Gard
  • Jean-Luc Gibelin, vice-président de la Région Occitanie, délégué aux mobilités et infrastructures de transport
  • Eric Giraudier, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Gard (CCI du Gard)
  • Didier Lacombe, vice-président de la Chambre de métiers et de l'artisanat du Gard (CMA du Gard)
  • Valentine Wolber, directrice générale de l’Union pour les entreprises du Gard (UPE 30)
  • Philippe Ribot, président de l’association des maires et agglos du Gard (AMF 30), maire de Saint-Privat-des-Vieux

Supports à disposition ci-dessous :

  • Annexe 1 – Mobilisation Réalisons la 3e voie à quai - Présentation PPT VF
  • Annexe 2 – Note détaillée sur la 3ème voie
  • Photos 1 à 7 de la mobilisation – Libres de droits – Crédit : Nîmes Métropole

Contact Presse :
Sabine Torres
Directrice de la Communication
06 81 41 52 34
sabine.torresping[at]nimes-metropolepong.fr

Qualité du service public de l’eau : Eau de Nîmes Métropole et l'UFC-Que Choisir s’engagent pour les consom’acteurs

Lundi 22 mars 2021 – Nîmes Métropole. A l’occasion de la journée mondiale de l’eau, Eau de Nîmes Métropole (EDNM) – le délégataire missionné par l’Agglomération pour gérer l’eau potable et l'assainissement collectif -, a signé une convention inédite avec l’antenne locale de l’UFC-Que Choisir, l'association des « consom’acteurs » engagés. Objectif ? Renforcer la qualité du service aux usagers de l’eau dans l’Agglo.

« Il s’agit renforcer nos relations au bénéfice des usagers et consommateurs », introduit Renaud Orsucci, directeur général d’Eau de Nîmes Métropole (EDNM), chargé par l’Agglomération de la gestion de la compétence « Eau et Assainissement » dont Nîmes Métropole a la responsabilité. 

Plus de proximité avec les usagers, plus de réactivité et d’adaptabilité : tel est le sens de cette convention d’engagement avec l’antenne locale (AL) de l’UFC-Que Choisir (UFC-Que Choisir Nîmes), première du genre, dont l’objectif est de donner confiance et satisfaction aux usagers.

« Un partenariat sociétal impliquant un programme de bienveillance envers les consommateurs », qui permettra d’approfondir et développer la proximité du service avec les usagers, en particulier avec les usagers ayant des difficultés dans leur relation avec le Service des Eaux et/ou une consommation anormale.

En clair, si, par mégarde, vous recevez une facture de 5.000 euros au lieu des 500 euros habituels, engagement est pris de déployer une solution rapide à votre problème ! Une convention qui « va dans le bon sens » pour Marc Oribelli, président de l’AL de l’UFC-Que Choisir, car « elle considère le consommateur pas simplement comme un spectateur mais comme un véritable consom’acteur. »

Cette convention permettra notamment d’apporter des conseils aux usagers sur les gestes et techniques qui permettent d’économiser de l’eau ou de déceler d’éventuelles anomalies (fuites), ou d’aider à la mise en place de solutions pour les usagers en situation de difficulté, y compris difficultés financières. Une avancée saluée par Jean-Luc Chailan, vice-président de Nîmes Métropole, délégué au service public de l’eau.

« A l’instar des grandes régions ou de quelques cas de recentralisation de compétences au niveau de l’Etat, nous devons privilégier ce type d’action et de convention qui, à la fois, répond aux demandes des usagers et personnalise l’attention portée aux différents dossiers de nos usagers ». Un constat partagé par Jean-François Durand-Coutelle, vice-président de Nîmes Métropole, délégué au service public d'assainissement

« Grâce à l’analyse conjointe des demandes et des réclamations, nous pourrons mieux comprendre les attentes et besoins des usagers-consommateurs, et ainsi identifier les actions à conduire pour améliorer les services », explique Hélène Lecoq, membre du Bureau communautaire, déléguée à la qualité des services publics et aux relations usagers.

Support à disposition à ci-dessous :

  • Annexe 1 - Photo signature Convention engagement 2021 EDNM- UFC-Que Choisir Nimes

Pour aller plus loin :

Qu’est-ce que l’UFC-Que Choisir ?

Fondée en 1951, l’UFC-Que Choisir est une association nationale indépendante à but non lucratif, qui a pour mission d’informer, de conseiller et de défendre les citoyens consommateurs.

De son côté, l’antenne locale (AL) de Nîmes compte 2.187 adhérents, près de 40 bénévoles et traite environ 17.000 réclamations par an.

Quel est l’objet de la convention signée entre EDNM et l'AL UFC-Que Choisir Nîmes ?

  • Répondre qualitativement aux attentes et besoins des consommateurs de EDNM ;
  • Entretenir un échange constant autour des évolutions des services de l’eau, de l’assainissement et de son environnement ;
  • Clarifier les finalités, missions et fonctions de EDNM ;
  • Offrir des réponses sur des différends éventuels ; Traiter les conseils et litiges en étroite relation avec les responsables de services concernés de EDNM ;
  • Garantir que les contrats à destination des usagers et consommateurs soient en conformité avec les délibérations des Nîmes Métropole, le droit de la consommation et droit civil français et européen.

Quels sont les engagements d’Eau de Nîmes Métropole (EDNM) ?

  • Mettre à disposition de l’Association UFC-Que Choisir Nîmes un dispositif privilégié,

d'échanges et de résolution de litiges ;

  •  Traiter avec la plus grande attention les réclamations et litiges qui pourraient lui être transmis par l’AL UFC-Que Choisir Nîmes ;
  • Se rendre disponible si nécessaire pour une rencontre semestrielle.

Quels sont les engagements de l’UFC-Que Choisir Nîmes ?

  • Mettre en avant la contractualisation de la présente convention auprès de ses adhérents et interlocuteurs dans le but de développer des relations apaisées avec tous les interlocuteurs afin de résoudre les litiges des adhérents de l’AL UFC-Que Choisir Nîmes ;
  • Porter à connaissance de EDNM les préoccupations de ses adhérents ; Transmettre après étude et analyse les réclamations qui lui seraient remises par ses adhérents ;
  • Effectuer un suivi des demandes transmises à EDNM ; Produire une fiche « navette » type, permettant d'identifier clairement le demandeur, l'objet du litige, et les résultats attendus.
  • Se rendre disponible pour un bilan semestriel avec EDNM ;
  • Une rencontre ponctuelle pourra avoir lieu, à la demande de EDNM.

Pourquoi une délégation « Qualité des services publics et relation aux usagers » au sein de Nîmes Métropole ?

Il s’agit de la première délégation de ce type dans au sein de l’Agglomération, signe du renforcement de l’intérêt à la qualité du service aux usagers.

A noter qu’une Commission consultative des services publics locaux existe déjà et est présidée par Hélène Lecoq au nom de Franck Proust, président de Nîmes Métropole. L’UFC-Que choisir en est membre, comme 4 autres associations d’usagers (La Jeune Chambre économique, l’APF France Handicap, Orgeco 30, et l’Apic), qui siègent aux côtés d’élus communautaires.

Les rapports annuels des délégataires et des directions y sont présentés chaque année ; chacune des 39 communes de l’Agglomération contribue aussi, en tant que partenaire de la direction, à la réalisation des actions et des projets tels que la mise en place des accueils clientèle Eau De Nîmes Métropole dans quatre communes (Clarensac, La Calmette, Marguerittes et Saint-Gilles).

Contact Presse :
Marie Pitras
Chargée de Communication Eau et assainissement
06 01 35 50 60
marie.pitrasping[at]nimes-metropolepong.fr

Journée mondiale du recyclage : Sauver la planète depuis Nîmes Métropole ? C’est possible !

Mercredi 17 mars 2021 – Nîmes Métropole. Jeudi 18 mars, la journée mondiale du recyclage soufflera sa quatrième bougie. L’occasion pour l’Agglomération de rappeler les gestes simples mais vertueux du quotidien qui peuvent avoir de belles conséquences sur le poids de nos poubelles et, par conséquent, sur la santé de la planète.

Créée en 2018 par le Bureau international du recyclage (BIR), cette initiative a pour but de promouvoir le recyclage auprès du grand public ainsi que de présenter ses enjeux : éviter l’enfouissement et l’incinération, favoriser le réemploi et le recyclage et cela, à l’échelle internationale. En attendant de sauver la planète, que pouvons-nous faire à notre échelle, depuis la métropole de Nîmes ?

  • Trier mes emballages

Pour rappel, depuis 2016, tous les emballages et papiers se trient. Nous pouvons donc mettre dans les bacs ou le sac de tri tous les emballages en plastique (bouteilles, flacons, pots, barquettes, films), en papier-carton, en acier, en aluminium.

Attention : les masques, mouchoirs, gants usagés ne vont pas au tri ; ils doivent être jetés avec les ordures ménagères.

Bon à savoir : Nîmes Métropole renouvelle et dispose chaque année de nouveaux « cubes » de tri pour le verre, ce qui a permis d’accroitre la collecte de + de 4 % en un an !

  • Composter mes biodéchets

La distribution de composteurs (depuis 2011) et de lombricomposteurs (depuis 2018) permet aux usagers désireux de gérer à la source leurs biodéchets de le faire. Aujourd’hui, 600 composteurs et 100 lombricomposteurs sont distribués chaque année. Et si vous testiez le compostage maison ?

Nîmes Métropole vous propose d’acquérir un composteur ou un lombri-composteur (Coût : 20€).

Infos pratiques : Vous pouvez contacter l’Agglo par internet ou par téléphone au 04 66 02 54 54.

  • Débarrasser mes encombrants

L’Agglo a mis en place un service gratuit de collecte des encombrants ménagers ou assimilés :

Attention : il est limité à 2 objets par foyer et par rdv !

Infos pratiques :

  • Nîmes : Collecte du lundi au samedi (hors jours fériés), sur rdv uniquement au numéro vert : 0800 420 420 (appel du lundi au vendredi, de 8h30 à 12h et de 14h à 17h).
  • Saint-Gilles : Collecte hebdomadaire (tous les jeudis), sur rdv uniquement auprès de la DCTDM ou e-démarche.
  • Pour les autres communes : Collecte mensuelle, sur rdv uniquement à la DCTDM ou e-démarche (voir ci-dessous)

NB : Sernhac et Bouillargues : pas de dispositif de collecte d’encombrants.

En parallèle, les 15 déchèteries du territoire offrent une solution de proximité pour les déchets verts (16 000 tonnes par an), dont une grande partie est utilisée par l’agriculture locale. L’Agglo est en train d’étudier les solutions pour cette généralisation du tri à la source. 

Infos pratiques : Jours et horaires d’ouverture des déchèteries sur le site de l’Agglo.

(CONTACT USAGERS)

Direction de la collecte et du traitement des déchets ménagers (DCTDM) de Nîmes Métropole :
04 66 02 54 54 (du lundi au vendredi, de 8h30 à 12h et de 14h à 17h), 
Mail : dctdmping[at]nimes-metropolepong.fr
ou e-démarche sur www.nimes-metropole.fr/Démarches/Déchets

Pour aller plus loin :

Via sa compétence obligatoire de collecte et traitement des déchets, Nîmes Métropole est très impliquée dans la prévention auprès de ses usagers. L’Agglomération est d’ailleurs engagée dans un Plan local de prévention des déchets ménagers qui décline 6 axes de travail et 23 actions :

  • Axe 1 : Réduction des biodéchets et déchets verts ;
  • Axe 2 : Réparation et réemploi ;
  • Axe 3 : Lutte contre le gaspillage alimentaire ;
  • Axe 4 : Eco-consommation ;
  • Axe 5 : Eco-exemplarité (achats éco-responsables, réduction des papiers de bureaux…)
  • Axe 6 : Education-Sensibilisation (en milieu scolaire et des publics).                                                                                                                                       

En 2020, Nîmes Métropole a collecté plus de 20 000 tonnes de déchets destinés au tri et au recyclage soit 78 kg/hab, soit 54 kg/hab d’emballages légers (cartons, plastiques, métaux) et papiers et 24 kg/hab d’emballages en verre. Parallèlement, l’Agglo a collecté plus de 75 000 tonnes de déchets résiduels (plus de 290 kg/hab/an).

Des analyses portant sur ces quantités - qui arrivent en majorité à l’unité de valorisation énergétique - démontrent que près de 50 % de ces déchets pourraient avoir une seconde vie s’ils étaient correctement triés, ce qui représenterait un gain environnemental et une piste sérieuse de maîtrise des coûts. Nîmes Métropole a donc pris le parti de travailler sur le tri à la source des biodéchets.

En complément de la mise à disposition de composteurs pour les usagers, des projets de compostage collectifs sont accompagnés par Nîmes Métropole, dans les écoles, entreprises, jardins partagés ou administrations du territoire.

Supports à disposition ci-dessous :

Contact presse :
Marie Pitras
Chargée de communication Déchets et encombrants
06 01 35 50 60
marie.pitrasping[at]nimes-metropolepong.fr

Soprema, leader de l’isolation thermique des bâtiments, a choisi Nîmes Métropole pour implanter deux unités de production !

Jeudi 11 mars 2021 - Nîmes Métropole. 2 unités de production créées d’ici 2023 dans la zone de Mitra, 35 millions d’euros d’investissements, 150 emplois à terme : le projet Soprema est l’un des plus importants projets d’implantation industrielle accompagné par Nîmes Métropole ces dernières années ! Un projet qui a été présenté ce jour par Pierre-Étienne Bindschedler, P-DG de Soprema, en compagnie de nombreux élus, agents et invités, réjouis de cette excellente nouvelle pour notre territoire.

« Merci de la réactivité de vos équipes ! Je tiens à féliciter tous ceux qui ont travaillé sur ce projet car c’est grâce à eux que nous sommes réunis aujourd’hui », commence Pierre-Etienne Bindschelder, actuel P-DG de Soprema, entreprise familiale créée en 1908 par son arrière-grand-père, Charles Geisen.

De la marque de produit d’étanchéité « Mamouth » à la fabrication d’isolant à base de paille de riz, l’entreprise est devenue leader dans ses secteurs d’activité. Implantée dans 90 pays, forte de 8.500 collaborateurs - dont 5.000 en France, elle a pris le virage de la transition énergétique et cherché les bioressource nécessaire à son développement.

Dans ce cadre, Soprema souhaitait développer une unité de production d’isolant de toiture dans le Sud de la France pour couvrir le grand Sud, l’Italie et l’Espagne. L’entreprise a choisi Nîmes Métropole pour installer d’ici 2023 non pas une mais deux unités de production à Saint-Gilles, la seconde étant dédiée à la fabrication d'isolant à base de paille de riz.

« Votre choix est un symbole pour l’avenir de notre planète mais aussi un encouragement pour nos riziculteurs à diversifier leurs sources de revenus », se réjouit Eddy Valadier, vice-président de Nîmes Métropole délégué à l’insertion et à la formation, et maire de Saint-Gilles, où les riziculteurs produisent plus de 50.000 tonnes de riz par an.

Il faut savoir que les pailles laissées sur champs après la récolte sont des biodéchets dont les riziculteurs de Camargue et petite Camargue ne savent que faire : ces pailles sont très difficilement compostable, constituent un mauvais combustible et sont mal digérés par les animaux. Grâce à l’économie circulaire mise en place par Soprema, ces biodéchets constitueront une alternative écologique et économique durable pour tous les acteurs du territoire.

« Nîmes Métropole s’engage avec force et conviction dans le Plan climat-air-énergie territorial », rappelle Franck Proust, président de Nîmes Métropole. « Ce projet s’inscrit totalement dans une démarche d'économie circulaire profitable aux riziculteurs de la commune de Saint-Gilles, et coche donc toutes les cases et objectifs de notre éco-métropole en matière de développement durable. »

Et de poursuivre : « L’avenir se dessine plus clairement mes chers amis ; la relance après les confinements, la croissance après l’inertie. Travailler dur pour atteindre nos objectifs, rester humbles dans notre train de vie et notre communication, faire preuve d’audace pour rebondir et rayonner collectivement : la venue de Soprema nous incite à cette philosophie ! »

Une ambition que valide Fabrice Verdier, conseiller régional d’Occitanie, que ce projet enthousiaste en cette période plutôt morose : « En matière de transition écologique, chacun doit prendre sa part et relever ses défis. La Région sera aux côtés de Franck Proust et aux côtés de Soprema pour vous permettre de vous implanter aux mieux. Ce ne sont pas que des mots mais un engagement fort que je prends ici au nom de la présidente Delga ».

De son côté, Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes et fondateur de l’Agglo, rappelle l’importance de ce moment pour Nîmes Métropole : « C’est le retour à notre engagement de base : aider les entreprises à s’installer, créer des emplois. Ce projet va nous permettre d’envisager de nouvelles opportunités ».

Nîmes Métropole, le nouvel Eldorado pour entreprendre ? « Eldorado, pas seulement pour notre situation géographique stratégique ou notre climat idéal, mais aussi par notre politique économique ambitieuse », souligne Olivier Fabregoul, vice-président de Nîmes Métropole, délégué au développement économique, qui remercie encore son équipe « efficace, concernée et motivée au service du développement économique de notre territoire ».

Et Pierre-Etienne Bindschelder de conclure : « Nous voulons attirer des gens qui seront heureux de venir travailler chez nous. J’espère que Soprema deviendra, au même titre que les arènes, une référence du territoire nîmois ! ».

Présents ce jour :

  • Franck Proust, président de Nîmes Métropole
  • Pierre-Étienne Bindschedler, P-DG de Soprema
  • Olivier Fabregoul, vice-président de Nîmes Métropole, délégué au développement économique et au marketing territorial, maire de Caissargues
  • Eddy Valadier, vice-président de Nîmes Métropole délégué à l’insertion et à la formation, maire de Saint-Gilles
  • Alain Dalmas, maire de Garons
  • Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes
  • Huguette Sartre, conseillère départementale du canton de Saint-Gilles
  • Fabrice Verdier, conseiller régional Occitanie
  • Bernard Angelras, vice-président de Nîmes Métropole, délégué à l’Environnement, à la collecte et au traitement des déchets
  • Jean-Christophe Grégoire, vice-président de Nîmes Métropole, délégué à l’aménagement des zones d’activité, maire de Saint-Dionisy)
  • Eric Giraudier, président de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) du Gard
  • Pascal Lacosta, président de la Fédération française du bâtiment (FFB) du Gard
  • Jacques Bourgade, premier vice-président de la Chambre de métiers et de l’artisanat (CMA) du Gard
  • Philippe Saigne-Vialleix, directeur de la Banque de France du Gard
  • Frédérique Robert, conseillère entreprises 7 collines, représentante du Pôle Emploi du Gard

Vidéo de la conférence de presse

Contact Presse :
Laurence Journet
Chargée de Communication Economie
06 23 72 50 48
laurence.journetping[at]nimes-metropolepong.fr

Pour aller plus loin :

  • Unité 1 de production de panneaux isolants à base de polyuréthane
  • Proposition d’un terrain d’assiette de 6 hectares m² sur Mitra – St Gilles – Lot 20
  • Surface du bâtiment de production 20 000 m²
  • Emplois prévisionnels 100 collaborateurs
  • Unité 2 de production de matériaux isolants à base de paille de riz
  • Proposition d’un terrain d’assiette de 2 hectares m² sur Mitra – St Gilles – Lot 22
  • Surface du bâtiment de production 6 000 m²
  • Emplois prévisionnels 50 collaborateurs

Profils recherchés

Les recrutements seront programmés 6 mois avant l’ouverture des unités avec formation au sein des entités du groupe. Les profils de postes sont très variés du cadre à ouvrier d’exécution (Responsables d’unités, Responsables de production et d’approvisionnement, Techniciens Laboratoire, Chefs d’équipes, Techniciens de maintenances, Opérateurs de production, Régleurs, Caristes

Nîmes Métropole accueille l’Assemblée des Communautés de France (ADCF) : « Nous avons besoin de cohérence dans le fléchage des investissements du plan de relance »

Jeudi 11 mars 2021 - Nîmes. Franck Proust, président de Nîmes Métropole a accueilli ce jeudi Sébastien Martin, président de l’Assemblée des Communautés de France (ADCF). Un temps d’échanges partagé avec d’autres intercommunalités du Gard, qui ont pu exposer leurs fiertés et les défis à relever sur leur territoire, notamment en matière de fiscalité et de préventions des inondations. L’occasion également pour le nouveau président de l’ADCF de confier une mission à Franck Proust : la mobilisation des fonds européens par les intercommunalités dans le cadre du plan de relance.

Président du Grand Chalon, élu depuis novembre 2020 à la présidence de l’ADCF, Sébastien Martin a entrepris un tour de France pour rencontrer les agglomérations et communautés de communes telles que Nîmes Métropole, notre agglomération étant sa première étape en Occitanie.

Regroupant près de 1.000 intercommunalités – dites « établissements publics de coopération intercommunale » (EPCI) – dont 115 en Occitanie, l’association a pour objectif de promouvoir la coopération intercommunale et le dialogue territorial, comme cela a été rappelé devant les présidents présents venus du Gard Rhodanien, d’Uzès, du Pont du Gard, de Beaucaire Terre d’Argence ou du Rhôny-Vistre-Vidourle.

« Comment vont les agglomérations françaises ? ». Tous partagent l’interrogation du président de Nîmes Métropole, qui défend les spécificités territoriales du Gard où certaines agglomérations ou communautés de communes sont en grande difficulté, devant faire face à des obligations ou des investissements difficiles à porter sans accompagnement, d’autant plus en cette période de crise sanitaire.

Parmi les sujets évoqués lors de cette rencontre :

  • les investissements en matière de gestion des milieux aquatiques et de prévention des inondations (Gemapi), très importants dans notre département,
  • la fiscalité des EPCI (Teom et Gemapi), essentielle car corrélée aux premiers,
  • les traditions taurines menacées par la Covid-19,
  • le mode d’élection des présidents d’EPCI et la réindustrialisation des territoires.

Sans oublier le sujet au cœur des actions de l’ADCF en ce moment : les contrats et accords-cadres de relance et de transition écologique dans les territoires. « Nous voulons être les facilitateurs de la relance », souligne Sébastien Martin, qui porte la signature d’une convention spéciale avec l’Etat d’ici fin mars 2021.

Un plan de relance qui mobilise des fonds européens, d’où la lettre de mission remise ce jour au président de Nîmes Métropole, relative à la mobilisation des fonds européens par les intercommunalités. Une mission adéquate selon le président de l’ADCF, sachant que Franck Proust est déjà représentant de l’Association des maires de France (AMF) au Comité européen des Régions (CdR)

Ce dernier de conclure : « On compte sur toi pour entretenir et développer cette courroie de transmission entre les territoires et l’Etat pour faire remonter la réalité, le quotidien de nos concitoyens. Nous avons besoin de cohérence dans le fléchage des investissements afin qu’ils soient les efficaces possibles ».

Présents ce jour :

  • Gérald Missour, vice-président de l’agglomération du Gard Rhodanien et maire de Saint-Nazaire
  • Pierre Prat, président de communauté de communes du Pont du Gard
  • Hervé Boulle, directeur général des services de Beaucaire Terre d’Argence
  • Freddy Cerda, vice-président de la communauté de communes du Rhôny-Vistre-Vidourle et maire de Gallargues-le-Montueux
  • Christian Petit, vice-président de la communauté de communes d’Uzès
  • André Brundu, président de la communauté de communes de Petite Camargue

Contact Presse :
Sabine Torres
Directrice de la Communication
06 81 41 52 34
sabine.torresping[at]nimes-metropolepong.fr

Visite bassin-carrière des Antiquailles : visite de l’avancement du chantier du bassin-carrière des Antiquailles, à Nîmes

Jeudi 11 février 2021 – Nîmes Métropole. Le bassin de rétention des Antiquailles doit être mis en service fin 2022. Grand projet mené par Nîmes Métropole, ce site doit retenir dans un premier temps 300 000 m3 d'eau grâce aux ouvrages hydrauliques. À terme, en 2031, sa capacité de stockage sera de 1,8 million de m3, soit deux fois plus que celle de tous les bassins nîmois actuels réunis. Franck Proust, président de Nîmes Métropole, et Marc Taulelle, membre du Bureau communautaire, délégué à la gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (Gemapi), en présence de Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes, ont assisté ce jour à la visite de l’avancement du chantier.

Le bassin-carrière a pour vocation d’intercepter le ruissellement du bassin versant amont du cadereau d’Alès, afin de réduire le risque inondation pour la zone urbaine située en son aval.

Pourquoi une carrière ?

Le choix de réaliser une carrière afin de creuser l’excavation offre 2 avantages, ainsi, il permet :

  • le réemploi des matériaux extraits et évite donc la question de leur stockage en un autre lieu
  • de réduire considérablement le coût du creusement car celui-ci est rémunéré par la vente des matériaux extraits

Le bassin–carrière des Antiquailles en chiffres :

Impact hydraulique :

  • Il intercepte 4,5 Km² de bassin-versant, soit ¼ du bassin versant du cadereau d’Alès en amont de la Ville
  • Il collecte un débit de 90 m3/s pour un évènement type 1988 et de 60 m3/s pour un évènement type 2005

Dimensions de la carrière :

  • Superficie : environ 7,5 hectares
  • Profondeur : 60 à 70 m (suivant le pentage du terrain)
  • Volume de matériaux extraits : 2,9 millions de m3
  • Volume de stockage hydraulique : 1,8 million de m3 (soit 2 fois la capacité de stockage de tous les bassins de rétention existant aujourd’hui)

Aspects administratifs

  • Le creusement a été confié au Groupement Momentané d’Entreprises des Antiquailles (sociétés Lafarge Granulats France et Crozel TP SAS)
  • Les travaux ont été attribués par le biais d’une concession de travaux en date du 23 09 2016.
  • Le contrat de concession prévoit le renvoi des eaux du cadereau dans le bassin à partir de 2024.
  • Durée de la concession de travaux : 15 ans
  • Arrêté d’autorisation ICPE N° 16-190N du 15 décembre 2016 d’une durée de 15 ans

Aspects financiers

  • Le coût du creusement est estimé à 3,5 M€ HT
  • Le coût, des ouvrages hydrauliques de collecte et de transfert du ruissellement, est estimé à 6 M€ HT subventionné à 80% : Etat (37%), CD30 (10%), Région (10%), et Feder (23%)

Fonctionnement du bassin-carrière :

Principe de fonctionnement

Le cadereau d’Alès est intercepté de part et d’autre du carrefour avec la route d’Anduze pour être renvoyé dans l’excavation par le biais de canalisations de grandes dimensions (collecteur de 5,5 x 3,5m de section).
Après l’évènement pluvieux et la crue éventuelle du cadereau, le bassin est vidé par pompage à raison de 0,35m3/s.

Calendrier prévisionnel :

Les travaux de création des ouvrages hydrauliques doivent débuter en mars 2021 et s’achever fin 2022.
Le démarrage des travaux, réalisés en 2 phases, est tributaire de l’accord de la DREAL environnement (Porter à connaissance à compléter). La 1ère phase est confiée au groupement d’entreprises NGE / Guintoli.
La capacité de rétention augmentera d’environ 200 000 m3 par an (au rythme du creusement) pour atteindre la capacité nominale à l’horizon 2031. Chaque année la protection de Nîmes sera ainsi sensiblement améliorée.

Infos pratiques :
Le bassin-carrière des Antiquailles se trouve à l'intersection de l'ancienne route d'Anduze et de la Route d'Alès (N106), à Nîmes (plan ci-dessous).

Pour aller plus loin :

A noter que ces travaux sont réalisés dans le cadre des travaux liés aux risques inondations, afin d’éviter les ravages causés par de terribles inondations comme en 1988 et en 2005.

Contact presse :
Marie Pitras
Chargée de communication Eau et assainissement
06 01 35 50 60
marie.pitrasping[at]nimes-metropolepong.fr

Travaux T2 Nîmes Métropole : Le cèdre de la route d’Avignon est désormais le cèdre du Mas Boulbon

Mercredi 10 février 2021 – Nîmes. Situé sur le passage des deux voies à venir de la ligne Tram’bus T2, le cèdre centenaire de la route d’Avignon a été transplanté ce jour du cimetière Saint-Baudile à l’entrée du mas Boulbon, à Nîmes. Une opération d’envergure qui a nécessité plusieurs heures de travail pour déplacer en douceur cet arbre de 15 tonnes et de 20 mètres de haut.

Un riverain se souvient d’avoir assisté à sa plantation en 1961, à l’intersection route d’Avignon et Bir-Hakeim, à Nîmes. Le cèdre de la route d’Avignon est désormais le cèdre mas Boulbon ! Il laisse sa place aux deux voies à venir qui seront réalisées dans le cadre du Tram’bus T2, permettant ainsi de concilier cheminement piétons, voie vélos, intersections et circulations de voitures.

Car par son envergure, le cèdre vieux de 80 ans entravait les aménagements à venir. Au vu de la noblesse de cet arbre, l’Agglomération a donc décidé de le transplanter plutôt que de le condamner à un simple déracinement. Pour Franck Proust, président de Nîmes Métropole, cette opération est « le symbole parfait de la volonté de préserver le plus d’arbres possibles sur le tracé de l’extension de la ligne T2 ».

Accompagné de Jean-Marc Campello, vice-président de Nîmes Métropole, délégué aux Mobilités, et de Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes, le président de l’Agglomération a assisté à cette intervention spectaculaire et exceptionnelle qui a couté près de 10.000€ et s’est déroulée en trois temps :

  1. Les racines du cèdre ont été cerclées par un cuvelage en bois pour éviter de les abimer et afin de conserver la motte ;
  2. L’arbre a ensuite été levé par une grue afin d’être transporté sur un porte-char vers son nouveau lieu de plantation ;
  3. Enfin, sur site, il a été sécurisé par haubanage le temps de refaire son système racinaire et de garantir seul son équilibre.

A propos de la ligne T2 et des arbres impactés :

La phase 2 de la ligne T2 va de la gare de Nîmes centre à Paloma, la scène des musiques actuelles de Nîmes Métropole. Les travaux préparatoires réalisés par les concessionnaires (Eau, fibre, électricité, gaz, téléphone), sont actuellement en cours ; les travaux d’aménagement démarreront entre mai et juin 2021.

A noter que le projet a été retravaillé pour tenir compte d’un engagement pris conjointement par Franck Proust et Jean-Paul Fournier : celui de ne pas abattre d’arbre ou uniquement lorsque aucune autre solution n’est possible, et d’en replanter autant voire davantage, soit :

  • Axe route d’Avignon-Bir-Hakeim : sur 68 arbres existants, 7 arbres seront abattus et 48 arbres supplémentaires seront plantés ;
  • Boulevard Talabot : sur 93 arbres existants, 12 arbres seront coupés et 28 supplémentaires seront plantés.

Les arbres existants sont préservés au maximum ; de nouveaux arbres sont également plantés, ce qui permettra de lutter au mieux contre les îlots de chaleur et de développer le patrimoine vert de l’agglomération.

Une démarche qui s’inscrit pleinement dans le cadre de la certification « Haute Qualité Environnementale Infrastructure » et du Grand Prix du jury de l’édition 2020 du Prix « Infrastructures pour la mobilité, biodiversité et paysage », qui a été décerné au projet « Tram’bus Diagonal T2 » de Nîmes Métropole mardi 9 février 2021.

Contact Presse :
Laurence Journet
Chargée de Communication
06 23 72 50 48
laurence.journetping[at]nimes-metropolepong.fr

Mobilités : Le projet « Tram’Bus Diagonal T2 » de Nîmes Métropole reçoit le Grand Prix IMBP 202

Mercredi 10 février 2021. Nîmes Métropole a reçu le 9 février 2021 le Grand Prix du jury de l’édition 2020 du Prix « Infrastructures pour la mobilité, biodiversité et paysage », décerné par l'Institut des routes, des rues et des infrastructures pour la mobilité (Iddrim). Un prix pour le projet de T2 reçu virtuellement en visioconférence par Franck Proust, le président de l’Agglomération, en présence de Bérangère Abba, secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée de la Biodiversité.

15 candidatures étaient en compétition à l’échelle de l’Hexagone ; le projet de Nîmes Métropole a été sélectionné à l’unanimité : il joint « l’utile à l’agréable », comme le souligne Yves Krattinger, président de l’Iddrim. De son côté, Bérangère Abba salue ce qu’elle estime être le « projet phare de cette année », un projet qui « concerne la décarbonation des déplacements comme la qualité de vie et la promotion de la biodiversité urbaine ».

Une grande fierté pour le président de Nîmes Métropole, qui a salué le travail de qualité des équipes de l’Agglomération, mais aussi pour Bernard Angelras, vice-président de Nîmes Métropole, délégué à l’environnement, présent à ses côtés pour cette remise de prix, qui « vient récompenser notre volonté de promouvoir les transports doux et le développement durable ».

Une volonté qui veut s’inscrire dans la durée avec la démarche initiée pour être certifié « Haute Qualité Environnementale Infrastructure », avec, notamment, la poursuite des travaux de la ligne T2 sur la seconde phase 2021-2022, pour une mise en service fin 2022. « Ainsi, Nîmes Métropole sera l’une des premières collectivités à être certifiée HQE Infra de France », précise Franck Proust.

Et de conclure : « Ce prix nous encourage et n’est qu’un début dans cette logique d’écométropole que nous souhaitons avoir tout au long de ce mandat ».

A propos du projet Tram’Bus Diagonal T2 

Le projet de Tram’Bus Diagonal T2 vise à renforcer et améliorer la performance du réseau de transports collectifs sur le territoire de Nîmes Métropole grâce au développement d’une seconde ligne de bus à haut niveau de service (BHNS , bus hybrides alimentés en biogaz (électrique + gaz)), qui vient mailler le réseau existant. En parallèle, l’Agglomération s’engage dans la production de biogaz par la création d’une usine de méthanisation fonctionnant avec les boues des stations d’épurations de Nîmes Métropole. Ce projet, c’est aussi le développement de la végétalisation des abords pour permettre de contribuer à la réduction des ilots de chaleur et améliorer l’espace urbain (régulation du climat local ).

A propos du prix IMBP

Organisé par l'Institut des routes, des rues et des infrastructures pour la mobilité (Iddrim), le Prix IMBP récompense chaque année les meilleures initiatives prises par les acteurs impliqués à différents niveaux de projets de requalification et d’exploitation des infrastructures de mobilité (conception, construction, gestion, entretien et aménagement). Les infrastructures concernées comprennent : les routes, les rues, les voies vertes, les espaces publics urbains, les voies ferrées et fluviales, les ports et les aéroports. Ces actions doivent œuvrer en faveur de la préservation, de la restauration et de la valorisation des écosystèmes, de la biodiversité et du paysage.

Contact Presse :
Marion Morlock
Chargée de Communication Mobilités
06 75 41 70 06
marion.morlockping[at]nimes-metropolepong.fr

Transition énergétique : Nîmes Métropole teste les bus électriques

Mardi 9 février 2021 – Nîmes Métropole.

Nîmes Métropole étudie actuellement différentes solutions pour gérer la transition énergétique de son parc de véhicules de transports en commun. Dans ce cadre, l’Agglomération - via son délégataire Transdev -, teste des bus électriques sur la ligne 11 depuis le 1er février. Outre les tests techniques, un questionnaire est à disposition des usagers jusqu’au samedi 13 février 2021 (QR code dans le véhicule).

Dès à présent, Nîmes Métropole a engagé la transformation énergétique de son parc de bus en faisant l’acquisition de 10 bus à haut niveau de service (BHNS), bus hybrides de 24 mètres de long alimentés en biogaz (électrique + biogaz) et 9 bus alimentés en biogaz.

Pour aller au-delà, l’expérimentation des bus électriques doit permettre de définir quel type de bus serait le plus adapté aux besoins du réseau Tango.  Pour le savoir, les véhicules testés sont équipés d’un système de suivi des consommations et de l’autonomie pour déterminer si la solution électrique est une opportunité au regard des performances et des coûts. Pour répondre aux enjeux majeurs de développement durable, la solution énergétique est multiple et Nîmes Métropole souhaite donc définir sa stratégie forte de cette expérimentation.

« Il s’agit ainsi de tester l’efficacité de ce type de bus en matière d’autonomie de batteries, de confort, de coûts, etc. selon les configurations des lignes et les secteurs qu’elles desservent », précise Jean-Marc Campello, vice-président de Nîmes Métropole, délégué aux mobilités. En effet, l’autonomie et le fonctionnement des véhicules électriques sont variables selon la conduite mais aussi la circulation, la température et la topographie du territoire.

Pour évaluer la faisabilité de cette mise en place de véhicules électriques dans le parc, deux constructeurs prêtent donc des véhicules à l’Agglomération en ce début d’année 2021, soit deux phases de test en exploitation réelle :

  • La phase 1 est en cours pour 15 jours avec un modèle eCitaro (Mercedes). Une visite avec le constructeur et le concessionnaire a été réalisée par le vice-président pour évaluer la solution (photo ci-dessous). Le véhicule est affecté à la plus grande ligne du réseau : la ligne 11 Bernis-Marguerittes.
  • La  phase 2  aura lieu du 1er au 31 mars 2021 avec un modèle GX337 (Heuliez). Ce seront des lignes urbaines et sous traitées qui seront testées.

Contact Presse :
Marion Morlock
Chargée de Communication Mobilités
06 75 41 70 06
marion.morlockping[at]nimes-metropolepong.fr

(INFO PRATIQUE USAGERS) Cadereau d'Uzès – Nîmes / Travaux boulevard Talabot et rue Gabriel Ferrier_Les conditions de circulations évoluent à partir de mi-février

Vendredi 5 février 2021 – Nîmes Métropole. L’atelier de réalisation des pieux a été arrêté pendant environ 2 semaines suite à une double panne survenue sur la foreuse. Afin de ne pas impacter le délai global de travaux, la foreuse a été remplacée suite à la deuxième panne. La fin de la réalisation des pieux est prévue pour fin février. Un point sur les informations pratiques et conditions de circulation à destination des riverains et usagers.

Les travaux de réalisation des soutènements (pieux) sont en cours sur la rue Ferrier dans le cadre des travaux Cadereau – Cadereau d’Uzès – Aménagement hydraulique du boulevard Talabot à la rue Pierre Sémard et dévoiements des réseaux Eaux usées (EU) et Alimentation eau potable (AEP).
Les terrassements pour permettre la réalisation de l’ouvrage hydraulique démarreront sur la rue Gabriel Ferrier entre le 8 et le 10 février 2021.
La réalisation de l’ouvrage hydraulique se termine sur le boulevard Talabot du côté des voies SNCF.

Comment circuler pendant les travaux ?

Actuellement, le boulevard Talabot est à 2 x 1 voie (1 voie dans chaque sens) à proximité du croisement avec la rue Gabriel Ferrier (entre la route de Beaucaire et la route d’Avignon) et la rue Gabriel Ferrier est fermée aux croisements avec la rue Pierre Sémard et la rue Varanda. Le stationnement est interdit sur la rue Gabriel Ferrier des deux côtés qui reste accessible aux véhicules de la résidence Talabot ou secours depuis le boulevard Talabot. Les entrées et sorties se font depuis le boulevard Talabot.
La rue Varanda est barrée et en impasse au croisement avec la rue Gabriel Ferrier. Le stationnement est interdit sur 20 mètres rue Varanda côté rue Gabriel Ferrier afin de mettre en place une zone de retournement pour les résidents et secours.
Pour la résidence Talabot, la rue Gabriel Ferrier est en double sens entre le boulevard Talabot et les entrées de garages (entrées et sorties par le boulevard). Cet espace reste un domaine partagé entre véhicules et piétons (zone de rencontre).

A partir mi-février 2021, un basculement de la circulation Est – Ouest est prévu sur le boulevard Talabot. La rue Gabriel Ferrier restera fermée au croisement avec la rue Pierre Sémard. La rue Varanda sera en impasse sauf pour l’accès des véhicules à la résidence Talabot (double sens sur la rue Ferrier vers Varanda pour permettre les entrées et sorties). Le stationnement sera interdit sur la rue Gabriel Ferrier des deux côtés. La rue Varanda restera en impasse au croisement avec la rue Gabriel Ferrier. Le stationnement restera interdit sur 20 mètres rue Varanda côté rue Gabriel Ferrier afin de mettre en place une zone de retournement pour les résidents et secours. Pour la résidence Talabot, la rue Gabriel Ferrier sera en double sens entre la rue Varanda et les entrées de garages (entrées et sorties par la rue Varanda). Cet espace restera un domaine partagé entre véhicules et piétons (zone de rencontre).
La date exacte de basculement de l’accès de la résidence Talabot depuis le boulevard Talabot vers la rue Varanda sera précisée ultérieurement.

Pour aller plus loin :

Dans le cadre du programme de protection contre les inondations de Nîmes, l’Agglomération restructure la capacité du cadereau d’Uzès pour réduire la vulnérabilité de l’est de la ville. En effet, les travaux engagés sur la partie du cadereau située sous la rue Ferrier permettront de multiplier par dix la capacité d’évacuation du cadereau.
Ces travaux de recalibrage en zone urbaine dense sur 220 mètres sont prévus jusqu’en août 2022. Ils sont chiffrés à 12.720.000€ TTC, dont 5.952.000€ TTC financés par Nîmes Métropole.

Infos pratiques :

2 interlocuteurs sont à l’écoute des riverains :
Pour l’entreprise : Mikael MARTEL
Correspondant Riverains 06 26 64 48 50
Pour l’Agglomération : Jordane LAFAYE
Service Prospective et Grands Projets
04 34 03 57 64

Contact presse :
Marie Pitras
Chargée de communication Eau et assainissement
06 01 35 50 60
marie.pitrasping[at]nimes-metropolepong.fr

Vaccination contre la Covid-19 : Nîmes Métropole met en place une navette gratuite pour les plus de 75 ans

Vendredi 29 janvier 2021 – Dans le cadre de la campagne gouvernementale de vaccination contre la Covid-19, Nîmes Métropole met en place, avec son opérateur de bus Tango, un service gratuit de navettes vers les centres de vaccination de l’Agglomération.

Dès ce lundi 1er février 2021, Nîmes Métropole offrira aux habitants de plus de 75 ans demeurant dans l’agglomération un service de navettes gratuites vers les deux centres de vaccination Covid-19 : le CHU Carémeau et Costières, à Nîmes.

L’objectif est « d’aider nos aînés les plus fragiles, n’ayant pas toujours les moyens de se déplacer facilement, à aller se faire vacciner contre la Covid-19 le plus rapidement possible, depuis leur domicile. En espérant bien sûr que le vaccin soit au rendez-vous ! », souligne Jean-Marc Campello, vice-président de Nîmes Métropole, délégué aux mobilités, également conseiller municipal de la Ville de Nîmes.

Et de poursuivre : « Nîmes Métropole avait déjà ainsi mis en place une navette gratuite pour les séniors lors du reconfinement de novembre 2020, afin de les emmener faire leurs courses de première nécessité dans plusieurs marchés de Nîmes ».

A noter que depuis le début de la crise sanitaire, l’Agglomération adapte ses services aux besoins des usagers. « J’ai souhaité qu’à son niveau, Nîmes Métropole - responsable des transports -, s’engage dans la chaine de la Santé en proposant ce service aux séniors de plus de 75 ans, public prioritaire pour la campagne de vaccination, explique Franck Proust, Président de Nîmes Métropole. Nous vivons une période que personne ne pensait connaître ; il faut adapter les services publics en conséquence pour lutter chacun à son niveau contre cette épidémie. »

Infos pratiques :

Pourquoi une navette ?

Pour être accompagné gratuitement de son domicile vers les centres de vaccination Covid-19 du CHU Carémeau et des Costières (transport Aller/Retour avec horaires fixés par la centrale de réservation).

Qui peut en bénéficier ?

Toutes les personnes de plus de 75 ans, habitant dans l’une des 39 communes de Nîmes Métropole, à condition qu’elles soient autonomes dans leur déplacement (pas de transport médicalisé). Pour en bénéficier, il faut impérativement avoir pris au préalable un rendez-vous de vaccination au CHU ou au centre des Costières.

Comment en profiter ?

Dès que votre rendez-vous est pris au centre de vaccination, vous pouvez appeler le 0 970 818 638 (touche 2). Le service fonctionne du lundi au samedi, de 8h30 à 12h et de 14h à 17h (attention, ces horaires vont changer à partir du 4 février 2021 ; une communication ultérieure sera mise en place). Les réservations peuvent être prises dès connaissance de la date et de l’heure de rendez-vous jusqu’à la veille midi (le vendredi avant midi pour un rendez-vous le lundi).

Contact Presse :
Marion Morlock
Chargée de Communication Mobilités
06 75 41 70 06
marion.morlockping[at]nimes-metropolepong.fr

(INFO PRATIQUE USAGERS) « Métropole » n°62 : le magazine de votre Agglomération reprend du service !

Lundi 25 janvier 2021 – Il était en préparation depuis novembre dernier : le numéro 62 du magazine Métropole de l’Agglomération nîmoise est diffusé à partir de ce jour dans les 118.200 foyers de Nîmes Métropole[1].

Placé sous le signe de l’optimisme, ce nouveau numéro se veut plus dense – 28 pages dont un poster central avec une carte de l’Agglo et les numéros utiles -, plus pédagogique pour les usagers – des infographies et des cartes explicatives -, et inclusif – que tous se sentent représentés et concernés.

La couverture signée de l’artiste nîmois Ugo Valls fait écho au « Rayonner ensemble » du dossier principal : les portraits de huit personnalités qui font l’Agglo plus solidaire, plus résiliente, plus inspirante. Dénué de toute actualité événementielle pour cause de Covid-19, ce numéro 62 se veut donc résolument positif.

Vous n’avez pas reçu ce magazine ? Vous avez des remarques, des suggestions ? Aidez-nous à préparer le numéro 63, qui sortira le lundi 26 avril 2021. N’hésitez pas à nous contacter en direct par mail : lacomping[at]nimes-metropolepong.fr ou via les réseaux sociaux de Nîmes Métropole.

Pour aller plus loin :

Sommaire du n°62 :

  • Dossier : Le monde de demain / Portraits « Ils font l’Agglo »
  • Développement durable : Le lancement de l’Atlas de la biodiversité intercommunal
  • Alimentation /Agriculture : Le lancement du Projet alimentaire territorial (PAT)
  • Eau & Assainissement : Une gestion unifiée + Infographie « Quel est le prix réel de l’eau ? »
  • Sécurité des biens & des personnes : La base européenne Nîmes-Garons + les travaux dans le cadre de la gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (Gemapi)
  • Développement économique : Face au Covid-19, la préparation de la relance + Infographie « Aides aux entreprises & associations »
  • Enseignement supérieur : Les synergies avec l’Université de Nîmes
  • Numérique : Focus sur la fibre Gecko, le réseau en propre pour les entreprises de l’Agglo
  • Mobilités : Le lancement de la 2ème phase des travaux de la T2 + Les travaux en Vaunage
  • Chantiers : Une carte complète des chantiers en cours sur l’Agglo (objets, coûts, durée)
  • Déchets & Encombrants : Un rappel des infos pratiques recyclage + Guide de tri
  • Sport : Focus sur l’Etoile de Bessèges et sa 2ème étape « Grand Prix de Nîmes Métropole », qui aura lieu le 4 février 2021
  • Culture & Traditions : Focus sur l’aides aux manadiers frappés par la crise sanitaire
  • Démocratie : Tribunes d’expression libre des groupes politiques de l’Agglo
  • Zoom Agglo : Focus sur le territoire de Leins Gardonnenque

Contact Presse :
Sabine Torres
Directrice de la Communication
06 81415234
sabine.torresping[at]nimes-metropolepong.fr

[1] 118.200 foyers environ pour 262.108 habitants (Population légale des communes en vigueur au 1er février 2021 – Source : Insee).

Couvre-feu à 18h : Nîmes Métropole modifie ses horaires d'accueil et fermera à 17h30

INFO PRATIQUE USAGERS

Vendredi 15 janvier 2021 – En raison de la généralisation du couvre-feu à 18 heures à partir du samedi 16 janvier 2021, certains accueils de Nîmes Métropole seront fermés au public à partir de 17 heures 30 dès ce samedi et cela, pour une durée de quinze jours.

A noter que seuls sont concernés les accueils des Colisées II et III, où siègent les agents administratifs de l’Agglomération et l’accueil du Service public d'assainissement non collectif (Spanc), qui ne recevront plus de public avec ou sans rendez-vous dès 17h30.

Rappel des horaires jusqu’au lundi 1er février minimum :

Siège de Nîmes Métropole :

L’accueil physique et téléphonique se poursuit du lundi au vendredi, de 8h à 17h30 (au lieu de 19h)

Spanc :

L’accueil téléphonique se poursuit du lundi au jeudi, de 8h30 à 12h et de 13h30 à 16h30, et le vendredi, de 8h30 à 12h. L’accueil physique est uniquement sur rendez-vous.

Contact Presse :
Sabine Torres
Directrice de la Communication
06 81415234
sabine.torresping[at]nimes-metropolepong.fr

Nîmes Métropole lance son Projet alimentaire territorial 

Jeudi 14 janvier 2021 – Nîmes Métropole.

Comment réconcilier agriculture, alimentation et environnement ? Comment articuler « bien produire » et « bien manger » au profit de tous ? Nîmes Métropole a organisé ce jour le premier séminaire de lancement de son Projet alimentaire territorial (PAT). Elaboré en concertation avec les agriculteurs et les consommateurs notamment, ce projet majeur structurant le territoire va donner lieu à un diagnostic au premier trimestre 2021 et entrer dans sa phase expérimentale jusqu’en 2023.

Franck Proust l’avait annoncé dès son arrivée à la présidence de l’Agglomération en juillet 2020 : la mise en place d’un Projet alimentaire territorial (PAT) est stratégique pour Nîmes Métropole. Une ambition incarnée par Fabienne Richard-Trinquier, maire de Redessan et Vice-présidente de l’Agglomération, déléguée au PAT, et officialisée par la prise d’une délibération de principe, votée en Conseil communautaire le 14 décembre 2020.

Car outre la paupérisation et la menace d’une crise sociale, la crise sanitaire de la Covid-19 a entrainé des perturbations des chaines alimentaires, notamment durant le premier confinement : diminution des exportations, donc des revenus agricoles ; diminution des importations, donc sous-approvisionnement des marchés intérieurs. Sans oublier la détresse alimentaire qui touche plus de concitoyens. S’est alors posée la question de la sécurité alimentaire des territoires et donc celle de Nîmes Métropole.

Quelle autonomie alimentaire pour notre territoire ? Comment peuvent s’adapter les agriculteurs et les consommateurs ? Comment peuvent innover les commerçants ?  Quelles nouvelles solidarités entre tous les acteurs de l’alimentation ? Il s’agit de répondre collectivement à ces questions via une véritable gouvernance alimentaire pour l’Agglomération, gouvernance globale incluant toutes les parties prenantes : agriculteurs et syndicats professionnels, collectivités, chambres consulaires, grandes écoles et consommateurs.

L’agglomération nîmoise dispose en effet de tous les atouts pour réussir une véritable transition agro-écologique : une agriculture diversifiée, une réputation gastronomique et un fort potentiel agroalimentaire, sans oublier un cadre de vie exceptionnel et une biodiversité remarquable.  Mais il reste également de nombreux défis à relever : nous adapter aux sécheresses et inondations, mieux gérer notre eau, diminuer l’artificialisation des sols, valoriser nos friches agricoles, assurer la viabilité économique des exploitations…

Quelles actions concrètes à court terme ? Elles seront à déterminer collectivement par les différents acteurs de ce PAT suite au diagnostic qui sera finalisé au cours du premier trimestre. Exemple d’actions menées par d’autres collectivités : mise en place de cantines approvisionnées en aliments produits en circuit court et à proximité, valorisation des biodéchets, actions de mobilisation contre le gaspillage, etc.

Calendrier de mise en œuvre du PAT :

  • Diagnostic du territoire et des besoins, mise en place d’ateliers, rédaction du plan d’actions au premier trimestre 2021 ;
  • Construction d’une vision partagée en 2021 et 2022 et mise en place de ce plan d’actions et phase expérimentale de mars de trois ans jusqu’en 2023.


Contact Presse :
Sabine TORRES
Directrice de la Communication
06 81 41 52 34
sabine.torresping[at]nimes-metropolepong.fr

Vœux de Franck Proust, président de Nîmes Métropole : « Pour 2021, permettons-nous de travailler dur, d’oser nous dépasser et de rêver ! »

Jeudi 7 janvier 2021 – Nîmes Métropole.

Franck Proust, président de Nîmes Métropole, adresse à tous les habitants de l’agglomération ses vœux les plus chaleureux pour 2021, « des vœux de santé et de bonheur pour chacun d’entre vous et pour tous ceux que vous aimez. » Après une année 2020 éprouvante, des vœux 2021 placés sous le signe de l’optimisme et du regard de la jeunesse, la traditionnelle carte étant une œuvre originale du jeune peintre nîmois Jules Milhau.

« Quelle année 2020 ! », rappelle le président de Nîmes Métropole dans sa vidéo de vœux, publiée le 31 décembre 2020 sur les réseaux sociaux. « Une année, à bien des égards, éprouvante et exceptionnelle. » Et d’avoir une pensée toute particulière pour les citoyens qui sont « frappés par le chômage, la maladie, l’exclusion, mais aussi pour celles et ceux qui sont isolés ou se sentent seuls ».

Une année exceptionnelle aussi dans « la démonstration de nos capacités de réaction et par l’engagement de tous ». D’abord les lieux de santé bien sûr : hôpitaux, Ehpad, Samu, pompiers, infirmiers… « Tous au front », mais également les agents de l’Etat, des collectivités, qui n’ont jamais cessé leur mission vitale ». Franck Proust les remercie chaleureusement.

Et de rappeler que l’année 2020, c’est aussi celle de « la respiration démocratique de nos territoires » : de nouveaux conseils municipaux et communautaires, « une nouvelle façon de gouverner les destinées de notre Agglomération » avec l’ensemble des 104 élus communautaires représentant les 39 communes de Nîmes Métropole. « Une pratique plus apaisée du débat, de la discussion des objectifs et des chemins pour les atteindre, de vivre cette aventure collective au service de l’intérêt général. »

Le président de Nîmes Métropole souligne que « désormais, la culture du résultat (…) guide cette Agglomération. A l’aube de cette année 2021, nous n’avons pas le luxe ni le temps des effets d’annonces, des chiffres qui laissent rêveurs, du décalage entre la promesse et la réalité ». Nîmes Métropole était à la croisée des chemins : « Nous avons choisi de redonner du sens et nous avons fixé un cap qui remettra l’agglomération au cœur de l’arc méditerranéen ».

En 2021, la nouvelle équipe veut aller au-delà, se recentrer sur la mission profonde de l’Agglomération. Être efficaces, et même viser l’excellence, sur les compétences de base : transport, gestion de l’eau et des déchets, développement économique, aménagement du territoire, protection des biens et des personnes... Dans sa proximité avec les citoyens comme dans ses performances à les servir, Nîmes Métropole veut être exemplaire.

« Pour 2021, permettons-nous de travailler dur pour atteindre nos objectifs, permettons-nous d’oser pour repousser nos limites et progresser collectivement, permettons-nous de rêver et de ne jamais y renoncer ! », conclut Franck Proust

Pour aller plus loin :

L’artiste-peintre nîmois Jules Milhau expose à Paris du 4 au 24 février 2021 !
Galerie Sarto (3, rue de Solférino - 75007 Paris)
Instagram : @julesmilhau

+33 0/6 34 68 66 37

Supports :

Télécharger la vidéo de Franck Proust

Retrouvez l’intégralité du discours des vœux 2021

Télécharger la carte de vœux 2021 de Nîmes Métropole réalisée par Jules Milhau


Contact Presse :
Sabine TORRES
Directrice de la Communication
06 81 41 52 34
sabine.torresping[at]nimes-metropolepong.fr

Cadereau d'Uzès – Nîmes / Travaux boulevard Talabot et rue Gabriel Ferrier : Fermeture du chantier du 18 décembre au 4 janvier

(INFO PRATIQUE USAGERS)
Cadereau d'Uzès – Nîmes / Travaux boulevard Talabot et rue Gabriel Ferrier :

Fermeture du chantier du 18 décembre au 4 janvier

Jeudi 17 décembre 2020 – Nîmes Métropole. Pendant les fêtes de fin d’année, le chantier du cadereau d’Uzès, entre le boulevard Talabot et la rue Gabriel Ferrier, à Nîmes, sera fermé du 18 décembre 2020 soir au 4 janvier 2021 matin. Un point sur les informations pratiques et conditions de circulation à destination des riverains et usagers.

Les travaux de dévoiements des réseaux d’eau potable et d’eaux usées sont aujourd’hui terminés. Les travaux de réalisation des soutènements (pieux) sont quant à eux en cours sur le boulevard Talabot et remontent sur la rue Ferrier. Concernant les soutènements côté viaduc SNCF, le chantier est également terminé, amorçant les terrassements pour permettre la réalisation de l’ouvrage hydraulique. Ces terrassements vont démarrer côté voie SNCF à partir du 4 janvier 2021.

Pendant la fermeture du chantier, du 18 décembre 2020 au 4 janvier 2021, une voie de circulation sera aménagée sur la rue Gabriel Ferrier pour l’accès à la résidence Talabot. Durant ces deux semaines, l’accès se fera depuis la rue Varanda et la sortie par le boulevard Talabot. Cet espace reste un domaine partagé entre véhicules et piétons (zone de rencontre). A partir du 18 décembre 2020 également, un basculement de la circulation Ouest – Est est prévu sur le boulevard Talabot. Pas de changement de circulation, celui-ci reste en 2 x 1 voie (1 voie dans chaque sens) à proximité avec la rue Gabriel Ferrier.

A noter qu’à partir du 4 janvier 2021, la rue Varanda sera barrée au croisement avec la rue Gabriel Ferrier. Les entrées / sorties, pour la résidence Talabot, se feront depuis le boulevard Talabot.

Comment circuler pendant les travaux ?

Actuellement, le boulevard Talabot est en 2 x 1 voie à proximité du croisement avec la rue Gabriel Ferrier qui est barrée au croisement avec la rue Pierre Sémard. Elle est malgré tout accessible (entrée et sortie) aux véhicules des résidents depuis la rue Varanda mais elle est interdite aux poids lourds. Le stationnement est interdit sur la rue Gabriel Ferrier des deux côtés et sur 20 mètres rue Varanda côté rue Gabriel Ferrier afin de mettre en place une zone de retournement pour les résidents et secours.

A partir du 4 janvier 2021, le boulevard Talabot sera en 2 x 1 voie à proximité du croisement avec la rue Gabriel Ferrier qui sera barrée au croisement avec la rue Pierre Sémard. Le stationnement sera interdit sur la rue Gabriel Ferrier des deux côtés et la rue Varanda sera barrée et en impasse au croisement avec la rue Gabriel Ferrier. Le stationnement sera interdit sur 20 mètres rue Varanda côté rue Gabriel Ferrier afin de mettre en place une zone de retournement pour les résidents et secours.

Pour la résidence Talabot, la rue Gabriel Ferrier sera en double sens entre le boulevard Talabot et les entrées de garages (entrées et sorties par le boulevard). Cet espace restera un domaine partagé entre véhicules et piétons (zone de rencontre).

Pour aller plus loin :

Dans le cadre du programme de protection contre les inondations de Nîmes, l’Agglomération restructure la capacité du cadereau d’Uzès pour réduire la vulnérabilité de l’est de la ville. En effet, les travaux engagés sur la partie du cadereau située sous la rue Ferrier permettront de multiplier par dix la capacité d’évacuation du cadereau.

Ces travaux de recalibrage en zone urbaine dense sur 220 mètres sont prévus jusqu’en août 2022. Ils sont chiffrés à 12.720.000€ TTC, dont 5.952.000€ TTC financés par Nîmes Métropole.

Infos pratiques :

2 interlocuteurs sont à l’écoute des riverains :

Pour l’entreprise : Mikael MARTEL
Correspondant Riverains 06 26 64 48 50

Pour l’Agglomération : Jordane LAFAYE
Service Prospective et Grands Projets
04 34 03 57 64


Contact Presse :
Marie PITRAS
Chargée de Communication
06 46 57 60 10
marie.pitrasping[at]nimes-metropolepong.fr

​​​​​​​Relocalisation des services de Bercy : Le dossier de Nîmes Métropole retenu parmi 408 candidats 

Mercredi 16 décembre 2020 – Nîmes Métropole.

Le ministère chargé des Comptes publics a communiqué ce jour la liste des 16 villes et agglomérations sélectionnées pour accueillir un ou plusieurs services relocalisés de la Direction générale des Finances publiques (DGFIP), liste qui vient compléter celle des 50 villes présentées en janvier 2020. Le dossier de Nîmes Métropole – porté et cosigné par Franck Proust, président de Nîmes Métropole, et Jean-Paul Fournier, maire de la Ville de Nîmes –, est officiellement retenu par le ministère des Finances sur la base des 5 sites proposés : 4 sur Nîmes et 1 sur la zone aéropôle de Garons.

Olivier Dussopt, ministre délégué chargé des Comptes publics auprès de Bruno Lemaire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, a présidé ce jour le comité de sélection des communes qui accueilleront de nouveaux services relocalisés de la DGFIP, dans les années à venir notre territoire fait partie des 16 villes et agglomérations[1] retenues dans le cadre de cette relocalisation d’emplois publics de Paris et des grandes métropoles vers des territoires de province.

Engagée depuis près d’un an dans cette démarche, Nîmes Métropole avait vu sa première candidature non retenue au début de l’été 2020. Pour autant, après l’installation du nouveau président Franck Proust, le dossier a été totalement retravaillé par l’agglomération et la Ville de Nîmes dès le mois d’août, en collaboration avec la Direction départementale des Finances publiques (DDFIP) du Gard, pour mieux comprendre les attentes de Bercy.

De nombreux échanges avec les services de l’Etat ont ainsi permis d’optimiser la candidature de Nîmes Métropole en recentrant son offre sur 5 sites : 4 sur Nîmes et 1 sur la zone aéropôle de Garons.  Et de déposer un nouveau dossier fin septembre.

Cette sélection est une véritable reconnaissance des qualités de notre territoire, dont se réjouit Franck Proust : « L’Etat est attentif à notre agglomération, ce qui est une grande satisfaction pour nous tous. En retenant la candidature de Nîmes Métropole, l’Etat reconnaît la qualité de l’accueil et de l’accompagnement des fonctionnaires et de leur famille, la qualité de nos infrastructures, de notre réseau de transports en commun et du cadre de vie que nous pouvons offrir ».

« Je tiens particulièrement à remercier Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes, qui a cosigné le dossier déposé fin août. », ajoute Franck Proust. Je remercie également Françoise Dumas, députée, et Laurent Burgoa, sénateur, pour leur soutien. » Et de remercier Frédéric Guin, directeur de la DDFIP du Gard, « avec qui nous avons su tisser des liens particuliers et travailler de concert pour cette candidature de l’agglomération ».

« Nous nous sommes installés au cœur de l’été et depuis la prise du mandat, nous travaillons principalement sur le redressement des finances, un travail laborieux et peu mis en lumière pour mes élus et leur équipe. Ça fait du bien. Nous commençons à recueillir les fruits de l’abnégation et du sérieux », termine le président de l’agglomération.

Cette candidature retenue par l’Etat est donc une première satisfaction signant la voie du redressement et la reconnaissance des ambitions portées par Nîmes Métropole.

Pour aller plus loin :

Cette seconde sélection s’ajoute aux 50 premières villes et agglomérations déjà retenues le 29 janvier dernier, soit une sélection totale de 66 villes qui clôt un processus lancé le 17 octobre 2019 pour accueillir les services relocalisés de la DGFIP – actuellement situés en Île-de-France et dans les grandes métropoles – et leurs personnels, soit près de 2.500 agents volontaires pour cette relocalisation.

Organisations syndicales et membres des services interministériels ont constitué un comité de sélection évaluant les dossiers et territoires sur les critères suivants :

  • Situation sociale et économique ;
  • Attractivité ;
  • Qualité des solutions immobilières proposées ;
  • Conditions d’accueil des agents de la DGFIP.

« Cette démarche de relocalisation des services publics répond aux attentes des usagers, des agents et des collectivités territoriales, et contribue à renforcer la présence de l’Etat dans les territoires », indique Olivier Dussopt.

A noter que 408 communes et agglomérations présentes dans 84 départements avaient répondu à l’appel à candidature.

[1] Amiens (80), Aurillac (15), Autun (71), Cambrai (59), Clermont (60), Dignes-les-Bains (04), Epinal (88), Fécamp (76), Fougères (35), Lannion (22), Loches (37), Mont-de-Marsan (40), Nîmes (30), Riom (63) et Vendôme (41).


Contact Presse :
Sabine TORRES
Directrice de la Communication
06 81 41 52 34
sabine.torresping[at]nimes-metropolepong.fr

Duvets pour les sans-abri : les communes de Nîmes Métropole se mobilisent  aux côtés de la Croix-Rouge

Mardi 8 décembre 2020 – Nîmes Métropole. Dans le cadre de sa mission de service public, Nîmes Métropole a décidé de soutenir les équipes de la Croix-Rouge dans leur opération « 10 jours pour 1.000 duvets », qui se tient jusqu’au 15 décembre prochain. Il s’agit de collecter un maximum de duvets qui seront distribués aux sans-abri de notre agglomération. Plusieurs communes de l’agglomération se mobilisent pour soutenir les plus précaires en cette période hivernale.

Chaque soir, une maraude est assurée par les équipes de l’antenne locale de la Croix-Rouge du Samu Social pour venir en aide aux plus vulnérables dans les rues de la métropole nîmoise : proposer une écoute, servir un repas, une collation chaude et si possible un hébergement… Les bénévoles de l’association se relaient et distribuent, à cette occasion, duvets et couvertures – près de 1.000 chaque année dans le Gard.

Or, avec la période hivernale, face aux besoins pour se protéger du froid et des intempéries, les demandes de duvets augmentent tandis que les stocks de la Croix-Rouge diminuent au point qu’à ce jour, l’association n’est bientôt plus en mesure d’assurer cette distribution.

Dans le cadre de sa mission de service public « Politique de la Ville », Nîmes Métropole a donc décidé d’apporter son soutien aux équipes de la Croix-Rouge en appelant les communes de l’agglomération à mobiliser leurs habitants autour de l’opération « 10 jours pour 1.000 duvets », et en s’investissant elle-même à leurs côtés.

L’objectif ? Aider le Samu Social à reconstituer son stock de duvets remis aux sans-abri et donc aux plus démunis de notre agglomération en cette période de froid. Plusieurs communes telles Nîmes, Montignargues, Redessan, Bernis, Bezouce, Générac, Milhaud, Caveirac, Clarensac, Rodilhan, St-Mamert… ont déjà répondu à l’appel et organisé des jours de collecte (Cf. Voir ci-dessous les différentes dates et les lieux de collecte).

Le service Communication de Nîmes Métropole assure quant à lui le relais des différentes collectes sur son site internet et ses réseaux sociaux. Une collecte est également organisée en interne auprès des 550 agents de la collectivité, du 7 au 11 décembre. Une collecte ouverte au grand public aura lieu les jeudi 10 décembre, vendredi 11 décembre et mardi 15 décembre de 8h à 19h à l’accueil du Colisée 3.

A noter que la Croix-Rouge s’engage à remettre l’ensemble des duvets collectés directement à ceux qui en ont besoin (les couettes et couvertures seront également les bienvenues).

Face à la dure réalité de l’augmentation de la pauvreté et des sans-abri en France (300.000 personnes selon les données de la Fondation Abbé Pierre), Nîmes Métropole mobilise ses forces pour soutenir l’action des associations œuvrant chaque jour sur le territoire pour aider les plus précaires, lutter contre l’exclusion, restaurer la dignité des plus démunis, et les aider autant que possible à (re)construire un lien de confiance avec elles-mêmes et la société.

La collecte dans les communes

Sur Nîmes 

> Samedi 12 décembre de 14h à 18h sur le parvis des Arènes

Une collecte a déjà eu lieu samedi 5 décembre devant la Maison Carrée.

Sur l’agglomération

> Bernis, le  vendredi 11 et le mardi 15 décembre de 9h à 16h, au CCAS, rue de la coquille, derrière la mairie

> Bezouce, le samedi 12 décembre de 9h à 12h, dans les locaux de la salle des fêtes

> Caveirac, le lundi 14 décembre de 8h à 17h, à l’accueil de la mairie

> Clarensac, le mardi 15 décembre de 8h30 à 12h et de 14h à 17h15, à l’accueil de la mairie

> Générac, le mardi 15 décembre de 9h à 12h et de 14h à 17h, à l’Espace Léopold Delmas

> Milhaud, le mardi 15 décembre de 9h à 12h et de 14h à 17h, au Centre Socio-Culturel, 10 place Frédéric Mistral

Montignargues, le jeudi 10 décembre de 9h à 12h et 14h à 18h, dans le hall de la mairie

> Redessan, le vendredi 11 décembre de 9h30 à 11h30 et de 14h à 16h30, en mairie

> Rodilhan, le mardi 15 décembre de 9h à 12h et de 14h à 16h, au Point Accueil, place de la mairie

> Saint-Mamert-du-Gard, le vendredi 11 et le samedi 12 décembre de 8h30 à 11h30, à la mairie

La collecte à Nîmes Métropole

> Jeudi 10 décembre

> Vendredi 11 décembre

> Mardi 15 décembre

De 8h à 19h, à l’accueil du Colisée 3  - 3 rue du Colisée – Nîmes

La collecte à la Croix Rouge

Il est également possible de contacter l’Unité locale de la Croix Rouge, pour déposer duvets et couvertures
2160, Chemin du Bachas - 30000 NIMES / 04 66 23 35 08

Les modalités de l’opération dans tout le Département sont disponibles sur le site de la Croix Rouge : https://gard.croix-rouge.fr/
 

Contact Presse :
Marion Morlock
Chargée de Communication
06 75 41 70 06
marion.morlockping[at]nimes-metropolepong.fr

Nîmes Métropole mobilise 774.000 euros pour les entreprises impactées par la Covid-19

Vendredi 27 novembre 2020 – Nîmes Métropole.

Pour soutenir l’activité des entreprises et des associations fortement impactées par les fermetures règlementaires ou les ralentissements d’activité liés à la Covid-19, Nîmes Métropole s’est associé au dispositif « L’Occal » mis en place par la Région Occitanie. Or, à date, trop peu d’entreprises du territoire nîmois ont déposé un dossier alors que l’agglomération a pourtant fléché 774.000 euros pour les aider. Avez-vous besoin de trésorerie pour poursuivre ou relancer votre activité ? Avez-vous besoin de reporter des cotisations ? Etes-vous éligible à « L’Occal » ? Nîmes Métropole peut vous aider.

Depuis mars 2020, les entreprises du tourisme - hôtellerie, bars, restaurants -, du commerce, de l’évènementiel, de la culture et du sport sont au cœur de la tourmente économique alors qu’elles assurent en grande partie l’attractivité de nos territoires. D’un montant global de 80 millions d’euros pour l’ensemble de l’Occitanie, le dispositif exceptionnel est donc porté par la Région Occitanie, la Banque des Territoires, 12 départements, 2 métropoles et 151 intercommunalités, qui s’engagent côte-à-côte pour accompagner la relance.

Décliné à l’échelle métropolitaine, ce dispositif « L’Occal » active des leviers de relance qui permettent de maintenir ou reprendre l’activité même en cas d’interdiction prolongée d’ouverture. Par le biais du dispositif « L’Occal », Nîmes Métropole apporte donc une réponse financière concrète aux problèmes que les dirigeants d’entreprises et associations rencontrent au quotidien, en les aidant avec des aides de 250 à 25.000 euros.

Quelles aides sont débloquées dans le cadre de ce dispositif ?

Ce dispositif est composé de 3 volets distincts :

  • L’Occal 1 = aides à la trésorerie par le biais d’avances remboursables ;
  • L’Occal 2 = aides à la relance, la digitalisation et la mise aux normes sanitaires par le biais de subventions pour accompagner les investissements matériels et immatériels ;
  • L’Occal 3 = aides aux loyers pour les commerces touchés par une fermeture administrative, par le biais de subventions exceptionnelles.

A noter que :

  • Ces trois volets sont cumulables : il suffit de remplir trois dossiers. Certains volets peuvent même être déposés plusieurs fois (jusqu’à l’atteinte des plafonds évoqués) ;
  • Ce dispositif est reconduit tacitement tous les 3 mois à compter de novembre 2020 ; les demandes peuvent être déposées tant que le dispositif « L’Occal » est reconduit ;
  • Le Conseil communautaire de Nîmes Métropole va voter le renforcement du volet 3 du dispositif « L’Occal » lors du prochain Conseil communautaire, qui se tiendra le lundi 14 décembre 2020.

Quels sont les secteurs éligibles ?

  • Tourisme et Agri/oeno tourisme (y compris les centres équestres) ;
  • Restauration ;
  • Activités culturelles, évènementielles et liées à la valorisation du patrimoine (Musées, cinémas, discothèques, lieux de visite…) ;
  • Activités sportives et de loisirs ;
  • Commerce et artisanat.

A noter que sont exclues les activités financières et assurances, ainsi que les activités de fret.

Quels types d’entreprises et associations sont éligibles ?

Personnes physiques & morales

  • Les micro-entreprises ou auto-entreprises (avec un chiffre d’affaires d'au moins 20 K€ au titre de L’Occal 1) ;
  • Les Très Petites entreprises (TPE), soit les entreprises employant moins de 10 salariés, et dont le chiffre d'affaires annuel et le total du bilan sont inférieurs à 2 millions d'euros ;
  • Les PME, prioritairement de moins de 20 salariés ;
  • Taxis (uniquement forfait pour investissements sanitaires au titre de L’Occal 2)
  • Communes et EPCI propriétaires et/ou gestionnaires d'équipements touristiques et culturels d'intérêt local qui représentent une part significative de leurs recettes annuelles ;
  • Offices de tourisme pour les équipements touristiques dont ils assurent la gestion de l'exploitation ;

Nouveau :

  • Les professions libérales ;
  • Les associations employant un ou plusieurs salariés.

A noter que pour l’aide au loyer L’Occal 3, sont éligibles uniquement :

  • Les commerces indépendants jusqu'a 10 salariés - y compris les franchises -, ayant un bail commercial destiné à l’accueil du public et qui sont concernés par une fermeture administrative ;
  • Les cinémas indépendants, jusqu’à 10 salariés, quel que soit leur statut juridique.

Où et comment déposer mon dossier ?

Les services de Nîmes Métropole ont réalisé un tableau synthétique réunissant toutes les informations dont vous avez besoin : le consulter ICI

Tableau des codes NAF éligibles au volet 3 du dispositif L’OCCAL : le consulter ICI

Contacts utiles :

Pour vérifier l’éligibilité de votre entreprise et connaître le montant des avances ou des subventions auxquelles vous avez droit, rendez-vous sur le portail web de la Région : https://hubentreprendre.laregion.fr ou au numéro gratuit : 0 800 31 31 01

Parallèlement, Nîmes Métropole met en place une cellule d’appui économique et répond à toutes les questions des entreprises par mail ou téléphone, du lundi au jeudi de 9h à 12h et de 14h à 17h : 04 66 02 55 40 / developpement.economiqueping[at]nimes-metropolepong.fr
 

Transport : Nîmes Métropole met en place un taxi gratuit pour compenser les bus arrêtés

Jeudi 26 novembre 2020

Dans le cadre du déconfinement progressif, Nîmes Métropole a adapté son organisation pour continuer à maintenir ses services au public dans le respect des règles sanitaires. Grâce à un partenariat avec Transdev, l’opérateur de bus de la Métropole, et les taxis nîmois Tran, l’agglomération a mis en place un nouveau service de réservation de taxi gratuit pour compenser l’arrêt des bus avant 6h et après 20h30 sur les lignes T1, T2 & L2.

Depuis quelques semaines, Nîmes Métropole a adapté ses services de transport aux besoins des usagers. Objectif : « Garantir une desserte en transport en commun efficace et adaptée pour les personnels hospitaliers et l’ensemble des personnes dont les déplacements sont indispensables en cette nouvelle période de confinement", a expliqué Franck Proust, président de Nîmes Métropole, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue début novembre 2020.

Tandis que la fréquentation du réseau de transport a chuté de 70% sur l’ensemble du réseau de bus le premier week-end qui a suivi le confinement, puis de 30 à 40% en moyenne sur les semaines suivantes, Transdev a donc réduit son offre de service, stoppant certaines lignes très peu utilisées tôt le matin et en soirée. Il s’agit d’optimiser le réseau « tout en étant vigilant et en nous adaptant au quotidien », assurait alors Ludovic Martin, directeur général du réseau Transdev. Le besoin se faisant sentir, l’opérateur a donc mis en place ce nouveau service de taxi gratuit.

Pourquoi des taxis gratuits ?
Pour compenser l'arrêt des bus entre 5h15 et 6h et entre 20h45 et 22h30, exclusivement sur les lignes T1, T2 & L2.

Qui peut en bénéficier ?
Toutes les personnes travaillant en horaires décalés, comme les soignants qui doivent se rendre au CHU ou à la clinique, le personnel d’entretien des bureaux, les acteurs de l’approvisionnement… ou toute personne se déplaçant pour des besoins essentiels.

Comment en profiter ?
Totalement gratuit, ce service fonctionne aux arrêts de bus et horaires habituels des lignes T1, T2 & L2 (Cf. Grilles horaires ci-dessous). Il suffit d’appeler le 04 66 29 40 11 une demi-heure avant, de préciser son arrêt et l’horaire, et le taxi sera au rendez-vous.

Est-ce un service sécurisé Covid-19 ?
Afin de respecter les mesures sanitaires, deux personnes maximum sont autorisées dans le taxi. Chaque personne doit se munir d’une attestation de déplacement dûment complétée par l'employeur ou d’une attestation de déplacement officielle, uniquement pour les motifs suivants :

  • Activité professionnelle
  • Consultations médicales et soins
  • Motif familial impérieux
  • Assistance aux personnes vulnérables ou précaires
  • Situation de handicap
  • Motifs judiciaires ou administratif
  • Missions d’intérêt général.

Contact Presse :
Marion Morlock
Chargée de Communication Transport
06 75 41 70 06
marion.morlockping[at]nimes-metropolepong.fr

Pour aller plus loin :

Déconfinement progressif : Nîmes Métropole adapte ses services publics

Jeudi 25 novembre 2020 – Nîmes Métropole.

Suite aux annonces du Président Macron hier soir, les services de Nîmes Métropole ont commencé à réorganiser leurs missions afin de s’adapter au déconfinement progressif annoncé en trois phases : le 28 novembre 2020 – avec la réouverture des petits commerces –, le 15 décembre – avec la fin possible du confinement et la mise en place d’un couvre-feu –, et le 20 janvier 2021 – avec la réouverture potentielle des bars et restaurants. Entreprises, Transports, Déchets… Le point sur les principaux dispositifs mis en place par l’agglomération.


ENTREPRISES

• J’ai besoin de trésorerie
• J’ai besoin de fonds pour investir
• J’ai besoin d’être aidé pour payer mon loyer
• J’ai besoin de reporter ma cotisation foncière des entreprises (CFE) / Je me renseigne directement  ICI

> Entreprise ou association, suis-je éligible aux différentes aides ?

Je me renseigne sur les subventions, les avances remboursables et les reports possibles de cotisations :
- Auprès de la Direction du Développement économique de Nîmes Métropole au 04 66 02 55 40 ou developpement.economiqueping[at]nimes-metropolepong.fr
- Sur le site de Nîmes Métropole ICI
- Sur le site de la Région Occitanie ICI


TRANSPORTS

• Je voyage aux heures de pointe comme d’habitude avec le réseau Tango, en horaires aménagés le reste du temps / Accéder au détail des horaires ICI

• Je travaille tôt le matin ou tard le soir : je prends le taxi gratuitement sur les lignes T1, T2 et L2 en appelant le 04 66 29 40 11 / Je me renseigne sur les conditions de prise en charge ICI

• J’ai plus de 65 ans : une navette m’amène faire mes courses* sur simple appel au 0970 818 638 (numéro non surtaxé)  / Je me renseigne sur les conditions de prise en charge ICI
*Mas des Agriculteurs, marché Jean-Jaurès et Halles de Nîmes

• Je n’achète plus mon ticket à bord, mais aux distributeurs, en boutique, via l’appli M'Ticket (télécharger l'appli sur Google Play ou sur Apple store) ou sur www.tangobus.fr

> Nouveau : Je peux profiter des lignes renforcées le week-end pour aller faire mes achats en centre-ville.
En effet, pour accompagner la réouverture des commerces du centre-ville de Nîmes, Tango programme d’ores et déjà des renforts sur la ligne T1 les dimanches 6, 13 et 20 décembre. De 10h à 19h, la fréquence entre deux passages de bus passera ainsi de 45 min à 22 min environ.
 

DÉCHETS

• Je sors mes poubelles comme d’habitude
• Je jette mes déchets sanitaires dans un sac que je ferme avant de le mettre dans le sac d’ordures ménagères
• Je continue à faire le tri de mes emballages recyclables sans les laver
• Je me rends à la déchèterie aux horaires habituels / Voir le détail des horaires des déchèteries de Nîmes Métropole :  ICI pour les particuliers et ICI pour les professionnels. Attestation de déplacement : je coche la case "Convocation judiciaire ou administrative et pour se rendre dans un service public"

Contact :

Sabine Torres
Directrice de la Communication
06 81 41 52 34
sabine.torres@nimes-metropole.fr

CFE 2020 : Nîmes Métropole allège la facture des entreprises de 630.000€

Lundi 23 novembre 2020 

Dans le cadre des mesures de soutien apportées aux entreprises, le Gouvernement a donné la possibilité aux collectivités volontaires d'instituer un dégrèvement exceptionnel de cotisation foncière des entreprises (CFE) en faveur des entreprises ayant été particulièrement impactées par la crise sanitaire. Nîmes Métropole a tout de suite adopté ce dispositif qui permet d’apporter une aide concrète aux entreprises de l'agglomération.

Concrètement, le dégrèvement CFE correspond aux 2/3 du montant de CFE dû par l'entreprise. A titre d’exemple, une société devant régler 1.200€ de CFE en 2020 profitera d’une réduction de 800€ de son imposition : 400€ pris en charge par Nîmes Métropole et 400€ pris en charge par l'Etat.

Sur le territoire de Nîmes Métropole, ce sont plus de 1.000 entreprises qui sont directement concernées par cette mesure qui représente, pour Nîmes Métropole, un accompagnement financier estimé à ce jour à 630.000€.

Comment fonctionne le dégrèvement ?

En principe, le dégrèvement CFE a été automatiquement appliqué par les services fiscaux sur la cotisation 2020. Les entreprises concernées peuvent visualiser le montant de dégrèvement sur leur avis d'imposition à la ligne : "Dégrèvement exceptionnel crise sanitaire".

Il convient donc de vérifier sa présence dans l’avis d’imposition.

Si vous constatez une erreur manifeste, ou si vous n’avez pas bénéficié du dégrèvement alors que vous estimez être éligible, nous vous invitons à faire une réclamation auprès du Service des Impôts des Entreprises via la messagerie sécurisée de votre espace professionnel sur le site : https://www.impots.gouv.fr.

Qui est éligible ?

Liste des collectivités ayant opté pour le dégrèvement de la CFE 2020 :

Voir le détail ici : Délibérations - Dégrèvement exceptionnel de cotisation foncière des entreprises pour la taxation 2020 | Collectivités locales (collectivites-locales.gouv.fr)

Critères d’éligibilité au dégrèvement de la CFE 2020 :

  • Disposer d’un établissement dans une des communes de Nîmes Métropole
  • Avoir une activité éligible au CFE (liste des codes NAF ci-dessous)
  • Réaliser un chiffre d’affaires annuel inférieur à 150 millions d’euros HT

Liste des activités éligibles au dégrèvement de la CFE 2020 :

La liste des secteurs concernés a été définie par le décret n°2020-979 du 5 août 2020, qui établit les intitulés concernés (ndlr : les codes NAF sont communiqués à titre indicatif par Nîmes Métropole) : 

Codes NAF (donnés à titre indicatif par Nîmes Métropole)

Domaines concernés

5510Z

Hôtels et hébergement similaire

5610A

Restauration traditionnelle

5610C

Restauration de type rapide

9311Z

Gestion d'installations sportives

5630Z

Débits de boissons

9329Z

Autres activités récréatives et de loisirs

5914Z

Projection de films cinématographiques

5520Z

Hébergement touristique et autre hébergement de courte durée

9313Z

Activités des centres de culture physique

9312Z

Activités de clubs de sports

9604Z

Entretien corporel

7911Z

Activités des agences de voyage

5621Z

Services des traiteurs

9001Z

Arts du spectacle vivant

8230Z

Organisation de foires, salons professionnels et congrès

7420Z

Activités photographiques

9321Z

Activités des parcs d'attractions et parcs à thèmes

9002Z

Activités de soutien au spectacle vivant

5629B

Autres services de restauration n.c.a.

5629A

Restauration collective sous contrat

8551Z

Enseignement de disciplines sportives et d'activités de loisirs

8552Z

Enseignement culturel

5530Z

Terrains de camping et parcs pour caravanes ou véhicules de loisirs

5110Z

Transports aériens de passagers

5911B

Production de films institutionnels et publicitaires

7721Z

Location et location-bail d'articles de loisirs et de sport

5911C

Production de films pour le cinéma

9103Z

Gestion des sites et monuments historiques et des attractions touristiques similaires

9004Z

Gestion de salles de spectacles

5911A

Production de films et de programmes pour la télévision

7912Z

Activités des voyagistes

7990Z

Autres services de réservation et activités connexes

9003A

Création artistique relevant des arts plastiques

9319Z

Autres activités liées au sport

9104Z

Gestion des jardins botaniques et zoologiques et des réserves naturelles

NB : les secteurs d'activité concernés sont fixés nationalement et non localement. Vous pouvez vérifier le code activité de votre entreprise sur le répertoire SIRENE de l'Insee: https://avis-situation-sirene.insee.fr/

Nouveau : report de 3 mois des échéances

Les entreprises qui se trouveraient en difficulté pour payer leur CFE au 15 décembre 2020, notamment parce qu’elles subissent des restrictions d’activité pour des motifs sanitaires, peuvent obtenir, sur simple demande, un report de 3 mois de leur échéance.

Plus de renseignements : https://www.economie.gouv.fr/covid19-soutien-entreprises/report-paiement-solde-cotisation-fonciere-entreprises#


Parallèlement, Nîmes Métropole met en place une cellule d’appui économique et répond à toutes les questions des entreprises par mail ou téléphone :
04 66 02 55 40 / developpement.economiqueping[at]nimes-metropolepong.fr

 

Contact :
Jacques-Olivier Liby
Chargé du Marketing Territorial
jacques-olivier.libyping[at]nimes-metropolepong.fr
06 13 61 38 11

Télétravail : au-delà du confinement, Nîmes Métropole va le généraliser dès début 2021

Situation inédite, tables-rondes inédites ! En plein reconfinement, la Direction du Développement économique de Nîmes Métropole a choisi de maintenir ce matin son « Rendez-vous Eco » mensuel à destination des entreprises, associations et divers acteurs du monde économique, mais sous un format inédit : un Live Facebook ! Sur le thème du télétravail, ces deux tables-rondes – disponibles en replay, ont réuni plus de 1.500 vues tandis que les intervenants ont répondu en direct aux questions des internautes.

La thématique du télétravail s’y prêtait tout particulièrement. Plutôt que de reporter ces deux tables-rondes prévues de longue date, Nîmes Métropole a fait le choix de les maintenir mais sous un format inédit : un live Facebook multi-cam. Car en pleine crise Covid-19 et face aux confinements multiples que nous traversons, tous les dirigeants et salariés sont désormais confrontés à la place grandissante du télétravail dans la société, entre défiance et nécessaire évolution.

Certes, la crise sanitaire a imposé son expérimentation généralisée dans les entreprises comme dans les collectivités. Mais au-delà de cette période que chacun souhaite exceptionnelle, la loi de 2017 a fait entrer dans le monde du travail cette possibilité de télétravail, basée sur une organisation méthodique, des objectifs clairs et une confiance de la hiérarchie et des collaborateurs. Dans les entreprises, dans les associations, mais aussi dans le service public et dans nos collectivités.

« Je peux l’avouer moi-même : cette question du télétravail m’a bousculé à double titre, reconnaît en introduction Franck Proust, président de Nîmes Métropole. D’abord en tant que chef d’entreprise mais aussi en tant que président de Nîmes Métropole ». Car du côté de l’agglomération, sous la houlette de Jean-François Lheureux, la Direction générale des services a géré au cas par cas la situation des quelque 550 salariés.

Bien qu’il soit possible dans le secteur public depuis 2016, il faut bien reconnaître que jusqu’à cette crise sanitaire, et même ce second confinement, le télétravail n’était pas vraiment entré dans les mœurs. Dans ces périodes perturbées, il a fallu relever le défi de la continuité de l’activité et du service public, notamment en équipant les salariés de l’agglomération en un temps record de matériel informatique adéquat (ordinateurs portables, accès VPN, boitiers « Tiny »…).

Ainsi, dans le cadre ce deuxième confinement, 56% des salariés de Nîmes Métropole sont en télétravail. 82 % de ceux-ci ont opté pour 2 ou 3 jours de télétravail par semaine. Les autres continuent à se rendre sur le terrain pour assurer la continuité du service au public (accueil, collecte des déchets, suivi des chantiers, transports en commun, gestion des services eau et assainissement). Mais il faut organiser l’après, le retour à la normalité et la généralisation du télétravail.

Comme le soulignait également en introduction Olivier Fabregoul, Vice-Président de Nîmes Métropole, délégué au Développement économique : « Le télétravail est aussi un moyen de se réinventer à tous les niveaux, et de préparer ensemble ce « monde d’après » dont nous parlons tous mais qui n’est pas encore advenu. Non, il ne s’agit pas encore d’un terme galvaudé. Ce monde nouveau a du sens et pour émerger, nous devrons tous – chefs d’entreprise, salariés, membres d’associations, élus politiques, etc. – apprendre à nous adapter pour arrêter de subir ».

D’où cet événement, sous la forme d’un Facebook Live, une rencontre inédite entre différents acteurs du territoire qui ont témoigné de leur expérience et de leur analyse face au télétravail. « Car c’est cela aussi la mission d’une agglomération comme la nôtre, c’est cela le sens d’un mandat de vice-président au Développement économique comme le mien, poursuit-il. Accompagner les dirigeants que vous êtes, que nous sommes, sortir de l’isolement, nous confronter à des idées nouvelles, écrire ensemble notre avenir. Travailler, diriger autrement, nous croyons tous ici que cela est possible. »

Et en ce sens, le président de Nîmes Métropole a adressé une lettre aux représentants du personnel dès le début de son mandat, au cours de l’été 2020, souhaitant que le cadre du télétravail « de droit commun » soit mis en place dans la première partie de l’année 2021. En effet, dès le 1er janvier, la Direction des ressources humaines de Nîmes Métropole engagera un audit des besoins, des règles à respecter en matière de sécurité des systèmes d’information et de protection des données.

Un groupe de travail réunissant les organisations syndicales et les représentants du personnel sera également mis en place pour prendre en compte les souhaits des salariés et définir précisément les modalités d’accompagnement (formation, prise en charge d’une partie des coûts par l’employeur, engagement volontaire des salariés). L’objectif ? Proposer au Conseil communautaire une délibération instaurant le principe du télétravail dans le courant du 1er semestre 2021.

Programme de ce « Rendez-vous Eco » spécial Télétravail :

Introduction par Franck Proust, Président de Nîmes Métropole, et Olivier Fabregoul, Vice-Président de Nîmes Métropole, délégué au Développement Economique

Table Ronde 1 : Comment optimiser le télétravail ?

• Les aspects juridiques, par Hervé-Georges Bascou, Avocat, docteur en droit, spécialiste en droit du travail
• Mise en place et accélération du télétravail pour le maintien des services, par Gilles Gaillard, Directeur territorial de Pôle Emploi Gard Lozère
• Les Fondamentaux pour s’épanouir et rester efficace à distance, par Serge Durand, Consultant en management / 4 points 1 CAP
• Du télétravail subi pendant la crise vers le télétravail choisi : un nouvel apprentissage de la relation Manager/Salarié(e), par Jean-François Blanchet, Directeur Général du Groupe BRL

Table Ronde 2 : Les outils pour réussir le travail à distance

• Le coworking une solution alternative au télétravail à la maison, par Emmanuel Bobin, Directeur de l’Open Tourisme Lab
• Comment sécuriser les données de l’entreprise à distance ? par Jean-Louis Bastide, Directeur d’Ordisys
• Les nouveaux outils collaboratifs pour un télétravail optimum, par Claire Maurel, Consultante en communication digitale
• Quels déploiements de réseaux de télécommunications pour l'accès au télétravail ? par Bruno Divol, de SFR, et Gilles Ridel, de GarDigital.

A noter que ces échanges, animés par Jérémy Guillaume, de Digital 113, ont permis aux internautes d’interagir en direct avec les intervenants.

Caillassages des bus Tango : « Dévier des transports en commun, c’est supprimer du service public »

Mardi 10 novembre 2020 – Nîmes Métropole.

Suite aux caillassages répétés des bus Tango dans le quartier du Chemin-Bas d’Avignon, à Nîmes, Franck Proust, président de Nîmes Métropole, en relation avec l’opérateur Transdev, a décidé de ne plus pratiquer la déviation systématique des lignes concernées pour assurer la continuité du service au public. Pour échanger sur cette décision, – avec le concours de la Ville de Nîmes et de l’Etat –, il a réuni, lundi 9 novembre 2020, les principaux représentants d’organismes acteurs du quartier au centre André Malraux. Au cœur des échanges : les solutions à court et moyen termes.

« Je suis en train de faire un exercice difficile, a commencé le président de Nîmes Métropole. Comment assurer la continuité du service public tout en protégeant nos chauffeurs de bus ? » C’est un cri d’alarme qui est lancé face aux incivilités grandissantes alors que le quartier est à l’aube de projets majeurs destinés à le redynamiser : l’arrivée de la ligne T2 et le Nouveau projet national de renouvellement urbain de l’agglomération nîmoise (NPNRU).

« Il faut essayer de régler les problèmes maintenant afin que l’embellissement du quartier soit le plus profitable à tous », a ajouté Jean-Marc Campello, Vice-président de Nîmes Métropole, Délégué aux mobilités et Conseiller municipal de la Ville de Nîmes. Tous les acteurs et représentants associatifs du territoire l’ont reconnu : ces projets sont essentiels pour l’avenir du quartier, mais quelles solutions à court terme pour assurer le maintien des transports en commun, indispensables aux habitants – surtout les plus démunis en plein confinement –, et au développement économique ?

Face à des groupes de « jeunes de 13-14 ans qui s’amusent de manière inconsciente sans réfléchir aux conséquences », comme l’a souligné Richard Schiven, Délégué à la sécurité de la Ville de Nîmes, Nîmes Métropole et son opérateur Transdev ont d’ores et déjà mobilisé les moyens humains suivants :

  • 30 vérificateurs (dont 6 chefs d’équipe), sont actifs de l’ouverture à la fermeture du réseau 
  • 2 équipes sillonnent le réseau le matin (période la plus calme sur le réseau) ; 4 équipes sont positionnées en après-midi et soirée, et ce, jusqu’à fin de service. NB : les effectifs de sous-traitance viennent s’ajouter à ces effectifs (+ 6 agents) ;
  • 8 agents de médiation assurent la prévention dans les établissements scolaires, accompagnent et sécurisent les courses les plus tendues. NB : Depuis deux mois, les agents de médiation accompagnent les deux dernières courses des lignes 2/3/T2 suite à des recrudescences d’incivilités, particulièrement sur les lignes 2&3 (peu d’incidents sur T2).

NB : Par ailleurs, il est à noter que depuis son arrivée, Transdev multiplie les actions de prévention et l’accompagnement de jeunes des quartiers : accueil de jeunes en stage de 3ème, tutorat de jeunes des quartiers pour les accompagner dans leur cursus scolaire, etc.
 

Or l’agglomération n’a pas de compétence en matière de sécurité et de maintien de l’ordre. « Mais je veux que nous dialoguions ensemble car nous ne pouvons accepter qu’une minorité nuise à la majorité des habitants du quartier. » La position du président de Nîmes Métropole, partagée par tous les présents, est que la loi de la République n’est pas celle du plus fort ou du plus violent. L’Etat de droit prévaut.

D’où cette réunion de sensibilisation sur la sécurité des chauffeurs et des usagers, et les moyens à mettre en œuvre pour maintenir le service au public. « Les transports en commun sont la liberté des plus précaires », a martelé François Courdil, Président du Conseil de quartier et Adjoint aux centres sociaux et à la politique de la Ville de Nîmes, qui a salué l’initiative de Nîmes Métropole vis-à-vis des habitants du quartier.

Mais ce service ne durera peut-être pas car si les chauffeurs se sentent en danger, le Code du travail les autorise à faire droit de retrait, c’est-à-dire à ne pas travailler lorsqu’ils estiment courir un danger grave et imminent pour leur vie ou leur santé sur leur lieu de travail. Franck Proust s’est d’ailleurs rendu mardi 10 novembre au dépôt Transdev, à Nîmes, pour échanger avec les chauffeurs et leurs représentants syndicaux sur la situation : « Ils tiennent bon pour le moment mais combien de temps ? ».

Comme le rappelait la veille Pierre Delannoy, Directeur adjoint de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP Gard) : « La sécurité ne peut être efficace que si c’est une coproduction où chacun doit tenir son rôle ». D’où le Contrat d'objectif départemental pour la sécurité des usagers et des personnels qui sera bientôt soumis à la signature des forces de Police et Gendarmerie, mais aussi de Nîmes Métropole, du Département du Gard et de la Région Occitanie.

Au cours des échanges avec des représentants des habitants, des commerces et du milieu associatif, Franck Proust a reconnu que cette période de confinement est terrible pour tous : « Certes, ces jeunes sont désœuvrés et pensent qu’ils n’ont pas d’avenir. Notre rôle est de leur prouver le contraire, de regarder ce qui a déjà été fait et va être fait. Oui, il y a beaucoup à faire sur ce quartier car nous partons de très loin, et tous ces jeunes sont dans leur droit lorsqu’ils expriment mal-être, doléances, envies et rêves. Mais agresser des bus et des chauffeurs ? Faire peur aux usagers ? Non, cela n’est pas et ne sera jamais acceptable ».

Et de souligner les perspectives d’avenir du quartier, qui dispose d’un tissus associatif dynamique et de nombreux investissements fléchés, tant au niveau des transports que de l’urbanisme : « Nous allons redynamiser Chemin-Bas, a conclu Franck Proust, mais l’enjeu de ce soir est inchangé : il faut aider Nîmes Métropole à ne pas dévier ses bus car si les caillassages persistent, nous devrons protéger nos chauffeurs qui font à ce jour le maximum pour assurer leur mission de service public ».

Pour aller plus loin :

Les chiffres-clefs du transport dans le quartier :

  •  7.400 habitants dans le quartier Chemin bas d’Avignon-Clos d’Orville ;
  • Environ 2.000 habitants utilisent les transports en commun quotidiennement ;
  • Quartier desservi par les lignes 2, 3 et 8 (il s’agit d’un des quartiers les mieux desservis de l’agglomération)

NB : Tout comme pour le quartier Pissevin, le projet T2 prévoit de réaménager de manière significative les différentes voiries de Chemin-Bas d’Avignon qui seront traversées (aménagement de façade à façade), soit les rues Bir Hakeim, Jean Moulin, Felix Eboué, Estienne D’Orve, Pont de justice) > Investissement Nimes Métropole : plus de 5m d’euros.

Les chiffres-clefs des atteintes aux biens et aux personnes du service public :

Sur le contexte, il est à noter que sur 2019, le quartier Chemin-Bas concentre à lui seul plus de 70% des faits d’incivilités constatés. Si l’on redresse les chiffres 2020 au prorata du temps d’exploitation (neutralisation effet Covid), les faits sont même en progression ;

Durant ces 2 derniers mois :

  • 31 évènements constatés dans le quartier :
  • 6 actes d’incivilités ou insultes à l’encontre des conducteurs ;
  • 14 jets de projectiles avec dégâts ;
  • 4 jets de projectiles sans dégâts ;
  • 6 perturbations de l’exploitation ;
  • 1 acte de menace à l’encontre d’un conducteur.

Depuis le début du confinement :

  • 6 véhicules articulés de la L2 ont fait l’objet de jets de pierre avec dégâts matériels ;
  • 4 arrêts concentrent les problèmes : Saint-Dominique, Tassigny, Eboué et Moulin ;
  • Faits relativement rares mais nouveaux : Nîmes Métropole a été confrontée cet été à des phénomènes d’encerclement de bus au sein du quartier.

NB : Le réseau Tango est gratuit pour les policiers en tenue (en fonction et élève de l’école de police) ; Franck Proust a demandé l’extension de cette gratuité aux policiers en civil sous réserve qu’ils se fassent connaitre auprès du conducteur et qu’ils interviennent ou donnent l’alerte en cas d’incident.

Contact :
Sabine Torres
Directrice de la Communication
06 81 41 52 34
sabine.torresping[at]nimes-metropolepong.fr

Légende photos :

Photo 1 : Réunion publique lundi 9 novembre, à 17h30, au centre André Malraux, quartier Chemin-Bas d’Avignon, à Nîmes - Présents (de gauche à droite) :

  • Marc Taulelle, Membre du Bureau communautaire de Nîmes Métropole et Adjoint de quartier à la Ville de Nîmes
  • François Courdil, Président du Conseil de quartier et Adjoint aux centres sociaux et à la politique de la Ville de Nîmes,
  • Pierre Delannoy, Directeur adjoint de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP Gard)
  • Richard Schieven, Délégué à la sécurité de la Ville de Nîmes
  • Patrick Bellet, Directeur des sécurités à la Préfecture du Gard
  • Franck Proust, Président de Nîmes Métropole
  • Jean-Marc Campello, Vice-président de Nîmes Métropole, Délégué aux mobilités et infrastructures de transports, et Conseiller municipal de la Ville de Nîmes
  • Claude De Girardi, Membre du Bureau communautaire de Nîmes Métropole, Déléguée au transport routier de voyageurs urbains & péri-urbains, et Adjointe de quartier à la Mairie de Nîmes
  • Ludovic Martin, Directeur général de Transdev
  • Marc Duchenne, Directeur délégué aux transports de Nîmes Métropole

Photo 2 : Réunion publique lundi 9 novembre, à 17h30, au centre André Malraux, quartier Chemin-Bas d’Avignon, à Nîmes

Photo 3 : Rencontre avec les chauffeurs mardi 10 novembre, à « l’embauche » des chauffeurs, c’est-à-dire à leur prise de poste avant 6h du matin, au dépôt Transdev, à Nîmes

  • Franck Proust, Président de Nîmes Métropole
  • Jean-Marc Campello, Vice-président de Nîmes Métropole, Délégué aux mobilités et infrastructures de transports
  • Ludovic Martin, Directeur général de Transdev

Confinement – Nîmes Métropole : "Il doit y avoir corrélation entre le service des transports et l'économie"

Jeudi 05 novembre 2020 – Nîmes Métropole.

Lignes scolaires maintenues, services gratuits et à la demande, navette spéciale… Depuis l’annonce du reconfinement, Nîmes Métropole a adapté ses services de transport aux besoins des usagers. Objectif : « Garantir une desserte en transport en commun efficace et adaptée pour les personnels hospitaliers et l’ensemble des personnes dont les déplacements sont indispensables en cette nouvelle période de confinement", a expliqué Franck Proust, président de Nîmes Métropole, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue lundi 2 novembre 2020.

Jean-Marc Campello, vice-président délégué aux mobilités, a présenté les dispositifs mis en place dès le lundi pour adapter le cadencement du trafic à la situation sanitaire et aux nouvelles habitudes des usagers… et à leur absence. Car « la fréquentation du réseau de transport a chuté de 70% sur l’ensemble du réseau de bus le premier week-end qui a suivi le confinement », a précisé Claude De Girardi, déléguée au transport routier de voyageurs urbains & péri-urbains. Dès lors, il s’agit d’optimiser le réseau « tout en étant vigilant et en nous adaptant au quotidien », a également assuré Ludovic Martin, directeur général du réseau Transdev.

Lignes scolaires maintenues et transports allégés

Depuis le 2 novembre, l'ensemble des lignes urbaines (T1, T2 et les lignes 2 à 11 et 16) fonctionnent normalement en heure de pointe (entre 8h30 et 9h, entre 11h30 et 14h et entre 16h et 18h), pour permettre aux collégiens et lycéens une circulation optimale en raison du maintien des établissements ouverts. En dehors des horaires de pointe, ces lignes fonctionnent en "période allégée" consécutivement à la réduction des déplacements. "Il doit y avoir corrélation entre le service des transports et l'économie", a rappelé le président de Nîmes Métropole. Les lignes périurbaines et Tempo circulent, quant à elles, normalement de 6h30 à 20h30.

Gratuité du transport en taxi pour le personnel soignant

De 5h30 à 6h et après 20h30, un système de réservation de taxi est disponible pour les soignants, uniquement pour les lignes T1, T2 & L2, sur présentation de l'attestation de déplacement dûment complétée par l'employeur. Une réservation préalable est nécessaire au 04 66 29 40 11 au moins une heure avant l'horaire de départ choisi. Les horaires de départs sont indiqués sur le site tangobus.fr. Ce service de transport à la demande est mis en place gratuitement par l'Agglomération afin de permettre la desserte du CHU et de la Polyclinique Kennedy et pour compenser l'arrêt des services à 20h30.

Mise en place d'une navette "confinement"

Une navette gratuite est proposée pour aider les aînés à réaliser leurs courses et soutenir dans le même temps les commerces locaux. Elle dessert trois points de vente sur demande : les Halles de Nîmes, le Mas des Agriculteurs et le Marché de Jean Jaurès, à Nîmes. Ce service est réservé au plus de 65 ans, du lundi au samedi, pendant toute la période de confinement. Il est valable pour deux déplacements par semaine, réservables en une fois. La réservation se fait la veille avant 17h, par téléphone, au 0 970 818 638. 

Action sur le civisme

Pour la protection du personnel de conduite, aucune vente à bord n'est possible. Les titres de transports sont disponibles à l'agence commerciale Tango, rue Régale, à Nîmes, aux distributeurs automatiques de titres sur T1 et T2, chez les dépositaires ou encore sur le site internet tangobus.fr et l'application M'ticket téléchargeable sur androïd et apple store. Le réseau est accessible au tarif normal. Enfin, Nîmes Métropole renforce la présence des contrôleurs pour lutter contre les incivilités et faire respecter le protocole sanitaire (port du masque notamment).

Contact :
Marion Morlock
Chargée de Communication Transport
06 75 41 70 06
marion.morlockping[at]nimes-metropolepong.fr

Confinement - Nîmes Métropole réunit les Chambres consulaires : « On additionne nos forces ! »

Mercredi 04 novembre 2020 – Nîmes Métropole.

Suite aux mesures de confinement prises pour enrayer la crise Covid-19, Nîmes Métropole a réuni lundi 2 novembre 2020, les chambres consulaires du Gard : Chambre de commerce & d’industrie (CCI Gard), Chambre des métiers et de l’Artisanat (CMA Gard) et Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH 30). Objectif : présenter les mesures prises pour soutenir le tissu économique et adapter l'activité du territoire à la crise.

Entouré d’Eric Giraudier, président de la CCI Gard, d’Henry Brin, président de la CMA Gard et de Denis Allegrini, président de l’UMIH 30, Franck Proust, président de Nîmes Métropole, a présenté les dispositifs coordonnés mis en place immédiatement au service des entreprises.

Renforcement du guichet unique pour les entreprises

Dans le cadre de la décentralisation, les organismes consulaires sont devenus le guichet unique pour aider et guider les entreprises dans leurs dossiers d'aides. Pour les soutenir, Nîmes Métropole met à disposition quatre personnels en télétravail afin de les aider à recenser les besoins des entreprises en cette période de confinement et renforcer les procédures pour les accompagner.

Relance de la plateforme achat-gard.com

Est également relancée plus activement la plateforme achat-gard.com ou www.consommons-gardois.fr, pilotée par la CCI du Gard. Cette plateforme B to B est destinée à mettre en relation des entreprises privées de restauration d’entreprise, et des professionnels de la restauration, qui pourront assurer leurs besoins et déposer les « paniers » dans des points relais.

La plateforme achat-gard.com est un portail dédié au commerce de proximité qui permet la vente en ligne via un service dit de « click & collect », soit de la vente géolocalisée suivie d’un retrait en magasin ou restaurant. Près de 16 500 commerçants gardois sont d’ores déjà référencés dans cette plateforme, proposant plus de 1 800 produits en ligne, dont 900 éligibles à la vente en ligne.

Nîmes Métropole flèche de nouvelles aides financières

De nombreux dispositifs initiés par Nîmes Métropole ont également été prolongés ou renforcés, telle la baisse de la cotisation foncière des entreprises (CFE), pour les entreprises des secteurs de l’hôtellerie, restauration, cafés, tourisme, événementiel, sport et culture. Financée à 50 % par l’État, soutenue par l’agglomération à hauteur de 607k€, cette aide a été prolongée jusqu’à la fin de l’année 2020.

Concernant le Fonds de solidarité exceptionnel Occitanie (FSE) auquel abonde Nîmes Métropole, l’agglomération a d’ores et déjà engagé près de 1,7m€, soit plus de 1 000 entreprises aidées ; une enveloppe globale de 3m€ est mise à disposition. A date, c’est donc près de 4 700 établissements qui ont été directement soutenus par l’agglomération, sans compter les nouvelles mesures mises en place :

  • La révision des critères d’éligibilité des aides pour élargir la base des entreprises éligibles et simplifier leurs démarches ;
  • L’augmentation des fonds disponibles pour aider plus d’entreprises ;
  • Deux dispositifs de soutien complémentaires aux entreprises impactées directement par la crise Covid-19 en plus des dispositifs déjà en place dont L’OCCAL 1 (aides à la trésorerie en avance remboursable) et L’OCCAL 2 (subventions d’investissement) : renforcement de L’OCCAL 2 et abondement au Fonds de solidarité national (FSN 2) (subventions).

A noter que cette aide sera mise à la délibération du Conseil communautaire le lundi 14 décembre prochain.

Pour aller plus loin :

L’OCCAL 1 & 2

En élargissant les publics bénéficiaires, tous les artisans et les commerçants deviennent éligibles, au-delà de ceux « recevant du public ». Il en va de même pour les acteurs du secteur de la culture, de l’évènementiel, des lieux de visite patrimoniaux, des activités de loisirs et du sport, ainsi que pour ceux sous statut de profession libérale et les associations, dans la mesure où ils font partie des secteurs éligibles à L’Occal.

Plusieurs demandes sont dorénavant possibles dans la limite du plafond unique. Une aide à la trésorerie (avances remboursables), avec un plafond unique de 25k€ et un différé de remboursement jusqu’à 24 ou 36 mois, complèteront le dispositif, ainsi qu’une aide aux investissements sanitaires et de relance (sous forme de subventions, avec un plafond unique de 23k€).

Pour finir, le dispositif initialement prévu jusqu’au 15 novembre se voit prolongé par tacite reconduction tous les 3 mois (à compter du 1er novembre).

FSN 2

Une convention tripartite Etat/Région/Nîmes Métropole sur le fonds national de solidarité à destination des entreprises a été signée, permettant de soutenir sous forme de subvention les déficits de trésorerie des entreprises de 1 à 20 salariés, tous secteurs d’activités confondus. Nîmes Métropole a fait le choix d’un forfait de  1 500€ par entreprise.

Contact :
Sabine Torres
Directrice de la Communication
06 81 41 52 34
sabine.torresping[at]nimes-metropolepong.fr

Présents (de gauche à droite) :
Olivier Fabregoul, vice-président délégué au développement économique
Frédéric Touzellier, Premier vice-président
Denis Allegrini, président de l’UMIH 30Eric Giraudier, président de la CCI Gard
Franck Proust, président de Nîmes Métropole
Henry Brin, président de la CMA Gard
Jean-Marc Campello, vice-président délégué aux mobilités
Claude De Girardi, déléguée au transport routier de voyageurs urbains & péri-urbains

Hommage à Samuel Paty : l’Agglo partage une minute de silence avec les scolaires de Caveirac

Ce lundi matin 2 novembre 2020, Franck Proust, président de Nîmes Métropole, était aux côtés de Jean-Luc Chailan, maire de Caveirac, des élèves et des enseignants de l’école primaire de Caveirac, afin d’observer un temps de recueillement à la mémoire de Samuel Paty, professeur victime du terrorisme et de la barbarie islamiste.

Ensemble, ils ont assisté à la lecture de la lettre de Jean Jaurès aux instituteurs.trices que nous vous invitons à (re-)découvrir ici.

Une minute de silence parfaitement respectée par les enfants a clôturé cet hommage solennel.

A noter que ce rassemblement s’est tenu dans la cour de l’école élémentaire de Caveirac (Rue Émile Pouytes, 30820 Caveirac), dans le respect des règles sanitaires (port du masque et distanciation obligatoires).

Contact :
Sabine Torres
Directrice de la Communication
06 81 41 52 34
sabine.torresping[at]nimes-metropolepong.fr

Suite aux consignes nationales, la vidéo n'est plus disponible.

Sitom sud Gard - Installation du nouveau comité syndical : Richard Tibérino élu Président

Jeudi 29 octobre, s’est tenue l’installation du nouveau comité syndical du Sitom Sud Gard.
A l’issue de l’élection, la nouvelle composition du comité est la suivante :

  • Richard TIBERINO (Nîmes métropole) - Président (29 voix sur 35)
  • Frédéric TOUZELLIER (Nîmes métropole) - 1er Vice-président
  • Julien PLANTIER (Nîmes métropole) - 2e Vice-président
  • Pierre LUCCHINI (Nîmes métropole) - 3e Vice-président
  • Antoine MARCOS (Nîmes métropole) - 4e Vice-président
  • Richard FLANDIN (Nîmes métropole) - 5e Vice-président
  • Jean-Christophe GREGOIRE (Nîmes métropole) - 6e Vice-président
  • Didier LEBOIS (CC de Petite Camargue) - 7e Vice-président
  • David GUIRAUD (Alès agglomération) - 8e Vice-président
  • Juan MARTINEZ (CC Beaucaire Terre d’Argence) - 9e Vice-président

Composition et fonction du comité syndical

Pour rappel, le Sitom Sud Gard est administré par un comité syndical composé de 42 délégués titulaires et 42 suppléants, désignés par les collectivités membres adhérentes et parmi lesquels est élu le Président. Instance délibérante, il se réunit pour traiter des questions relatives à la politique publique du traitement des déchets : les questions budgétaires et financières, le fonctionnement et la composition du syndicat, ainsi que la délégation de la gestion du service public.

Missions du Sitom Sud Gard

Syndicat intercommunal, il est chargé du service public du traitement des déchets de 81 communes gardoises issues de 8 intercommunalités. Ses principales missions sont le traitement et la valorisation des déchets, ainsi que la sensibilisation des usagers. Il gère deux installations d’envergure : le centre de tri Valréna et l’unité de valorisation énergétique Evolia. En 2019, il a traité plus de 200 000 tonnes de déchets, soit 658 kg par habitant.

Le territoire du Sitom Sud Gard : 8 EPCI 81 communes 310 000 habitants

Nîmes Métropole

Bezouce, Bouillargues, Cabrières, Caveirac, Clarensac, Dions, Domessargues, Fons, Gajan, Garons, Générac, La Calmette, La Rouvière, Langlade, Lédenon, Manduel, Mauressargues, Montagnac, Montignargues, Moulezan, Nîmes, Poulx, Redessan, Rodilhan, Saint-Bauzély, Saint-Chaptes, Saint-Côme et Maruejols, Saint-Dionisy, Sainte-Anastasie, Saint-Geniès-de-Malgoirès, Saint-Gervasy, Saint-Gilles, Saint-Mamert-du-Gard, Sauze,t Sernhac.

Communauté de communes Beaucaire Terre d’Argence

Bellegarde, Fourques, Vallabrègues.

Communauté de communes du Pont du Gard

Comps, Montfrin, Meynes.

Communauté de communes Pays de Sommières

Parignargues

Alès agglomération

Boucoiran et Nozières, Brignon, Castelnau, Valence, Cruviers Lascours, Deaux, Euzet-les-Bains, Martignargues, Massanes, Méjannes-les-Alès, Monteils, Ners, Saint-Césaire de Gauzignan, Saint-Etienne de l’Olm, Saint-Hippolyte de Caton, Saint-Jean de Ceyrargues, Saint-Jean de Serres, Saint-Maurice-de-Cazevieille, Vézénobres.

Communauté de communes Pays d’Uzès

Aubussargues, Baron, Blauzac, Bourdic, Collorgues, Garrigues, Sainte-Eulalie, Moussac, Saint-Dézéry.

Communauté de communes de Petite Camargue

Aubord, Aimargues, Le Cailar, Vauvert, Beauvoisin.

Communauté de communes Piémont Cévenol

Aigremon, Canaules et Argentières, Cardet, Cassagnoles, Lédignan, Maruéjols-les-Gardon, Savignargues, Saint-Benezet.

Couvre-feu vendredi à minuit

[Couvre-feu vendredi à minuit : Franck Proust demande un délai pour soutenir les professionnels de Nîmes Métropole]

Jeudi 22 octobre 2020 – Nîmes Métropole.

Franck Proust, président de Nîmes Métropole, a été informé ce jour de la mise en place d’un couvre-feu sur la totalité du Gard à partir de vendredi minuit soit samedi zéro heure. Une mesure légitime mais dont il déplore sa brutalité pour les professionnels du secteur de l’hôtellerie-restauration notamment.

Dans le cadre d’une visioconférence organisée ce jour avec l’Agence régionale de santé (ARS) face aux aux élus des principales collectivités et organismes professionnels gardois, Didier Lauga, Préfet du Gard, a annoncé les dernières mesures prises par le Gouvernement pour enrayer la pandémie de Covid-19, mesures présentées publiquement quelques heures plus tard par Jean Castex, Premier Ministre, et Olivier Veran, Ministre de la Santé.

Dès ce vendredi minuit, 47 départements, dont le Gard, vont rejoindre la liste des territoires soumis à un couvre-feu interdisant à la population de sortir de chez elle et de circuler entre 21h et 6h (sauf dérogations identiques à celles mises en place pendant le confinement au printemps dernier). Aucune modulation territoriale ne sera acceptée par le Préfet.

« Tout le monde a conscience de la gravité de la situation ; cette annonce n’est pas une surprise en soi vu le contexte, explique Franck Proust. Par contre, le délai éclair de 24H00 pour son entrée en vigueur est un nouveau coup de massue sur l’économie de la restauration et de l’hôtellerie sans même évoquer les secteurs des ports et de la culture qui sont KO. »

Le Président de Nîmes Métropole déplore la brutalité de cette annonce et sollicite un délai permettant aux professionnels notamment ceux qui ont des stocks périssables de s’organiser. « Nous ne contestons pas les mesures ; elles sont mises en place pour éviter le confinement total, qui serait dramatique pour le secteur économique. Mais pourquoi de manière si soudaine ? Pourquoi ne pas mettre en place ce couvre-feu samedi soir voire dimanche soir ? »

Le Préfet du Gard s’est engagé à faire remonter l’information.

Contact :
Sabine Torres
Directrice de la Communication
06 81 41 52 34
sabine.torres@nimes-metropole.fr
 

Téléchargez le Communiqué de presse (Pdf accessible)

Hommage national à Samuel Paty : Nîmes Métropole se mobilise

[COMMUNIQUE DE PRESSE / Hommage national à Samuel Paty : Nîmes Métropole se mobilise]

Mercredi 21 octobre 2020 – Nîmes Métropole.

Ce mercredi matin, Franck Proust, président de Nîmes Métropole, a partagé avec les équipes et les élus communautaires un moment de recueillement à la mémoire de Samuel Paty.

Les services de Nîmes Métropole et les élus communautaires ont été conviés ce mercredi en fin de matinée à un temps de recueillement en hommage à Samuel Paty, professeur victime du terrorisme et de l’extrémisme islamistes.

Le Président Franck Proust a rappelé que Samuel Paty participait à la vie de la République et à la lutte contre l’obscurantisme, lui qui était l’héritier d’un socle de valeurs basé sur la laïcité et le triptyque « Liberté – Egalité – Fraternité ». En cet instant de deuil national, il a rendu hommage à ce « concitoyen français anonyme jusqu’alors, devenu symbole des valeurs de la République que nous portons tous ».

Avant de conclure par l’Hymne national, Franck Proust a également lancé un message clair à ses élus et aux fonctionnaires de la collectivité : « Dépassons l’indignation, dépassons l’émotion. Prenons garde en chacun de nos comportements, en chacune de nos décisions, en chacun de nos actes, de ne jamais aider nos ennemis, de ne jamais se laisser aller par faiblesse ou naïveté à la moindre complaisance avec ceux qui savent utiliser les bienfaits de nos collectivités pour les retourner contre la cohésion nationale. Samuel Paty n’a pas laissé place à la faiblesse. Soyons chacun à notre niveau digne de lui comme chaque résistant dans le maquis qui se levait quand l’un d’entre eux tombait ».

A noter que le rassemblement s’est tenu dans le respect des règles sanitaires (port du masque et distanciation obligatoires).

Contact :
Sabine Torres
Directrice de la Communication
06 81 41 52 34
sabine.torresping[at]nimes-metropolepong.fr

Lancement du cadastre solaire de Nîmes Métropole

Inauguration ligne T2 - 5 au 11 janvier 2020

Inauguration extension ligne trambus T1 sud - 7 décembre 2019

Inauguration du Cadereau d'Alès - Samedi 9 novembre 2019

Inauguration de la déchèterie des Grimaudes de Bouillargues - 9 avril 2019

Rencontre avec les entreprises du chantier T2 - Vendredi 8 février 2019

Nouvelle DSP Eau et assainissement - 7 janvier 2019

Nouvelle DSP Transports - Transdev - 9 novembre 2018

Inauguration du Neticenter - Vendredi 7 septembre 2018

Dossier de presse - Inauguration du Neticenter - Vendredi 7 septembre 2018

Conférence de presse ligne T2 Tram'bus Diagonal - 4 juillet 2018

Journées Méditerranéennes des Saveurs 2018 - 25 mai 2018


Cliquez pour télécharger le dossier de presse

Présentation programme Traditions 2018 - 5 avril 2018


Cliquez pour télécharger le dossier de presse

L'eau en toute transparence - 16 mars 2018


Cliquez pour télécharger le dossier de presse
 

Inauguration de la déchèterie de la Vaunage - 30 janvier 2018