Diminuer le texte Appuyer sur Ctrl - pour diminuer la taille du texte
Agrandir le texte
Appuyer sur Ctrl + pour augmenter la taille du texte
Envoyer l'adresse de la page à un ami Imprimer le contenu de la page (Nouvelle fenêtre)
Appuyer sur Ctrl + p pour imprimer la page.

Exporter au format PDF (nouvelle fenêtre)



Bernis

Bernis est un village harmonieux qui présente le charme des contrées méditerranéennes.

 

 

La commune

Histoire et patrimoine

Histoire

La présence de l’homme sur la commune est attestée en bordure du Vistre dès l’époque préhistorique vers 3000 ans av. J.C.

Village préhistorique

Au deuxième siècle av. J.C., les romains s’installent dans la Gaule et créent un grand axe de circulation « la Via Domitia ». Ils aménagent ensuite la ville de Nîmes et cadastrent la campagne environnante. Ils y implantent au centre de vastes domaines agricoles, de grandes fermes, les « villae » dont une sera à l’origine de la naissance du village.

 Photo de la borne de nos jours

Ce n’est que beaucoup plus tard, en 925 ap. J.C. que Bernis entre dans l’histoire dans une charte du cartulaire de l’église Notre Dame de Nîmes sous le vocable de « Villa Bernice »

Le patronyme du propriétaire  de ce domaine donnera son nom au village.

Aux environ de l’an 1000, des moines de l’abbaye de Saint Gilles érigent un petit prieuré sur ces terres qui deviendra deux siècles plus tard l’église actuelle de Saint André. Parallèlement, une deuxième « villa » située un peu à l’écart de la précédente est fortifiée. Elle est à l’origine du château, cœur d’une enceinte entourée de remparts et d’un fossé rempli d’eau, abritant une population de 1300 âmes.

Pendant cette époque moyenâgeuse, outre famines et épidémies de peste, le village aura à souffrir de la croisade des Albigeois, opposant les armées papales à celles du Comte de Toulouse. Le 30 juin 1217, Simon de Montfort à la tête des troupes papales, brûle le village et massacre la plupart de ses habitants.

Au XVIème siècle, la population bernissoise adhère en masse aux idées réformatrices du protestantisme et se convertit en nombre. Un premier temple est construit sur l’emplacement de » la Poste actuelle. Au siècle suivant, les bernissois sont au cœur de la guerre de religions opposant catholiques et protestants. Les habitants connaissent de nouvelles grandes souffrances. L’église Saint André est brulée.

Photo de la place du temple

Le 30 septembre 1685, le temple est rasé et la population contrainte par la force d’abjurer la religion protestante.

De nombreuses années s’écoulent avant que chacun puisse pratiquer librement sa religion. Le temple actuel ne sera construit qu’en 1821.

Au XVIIIème siècle, Bernis n’échappe pas aux troubles révolutionnaires. Les maires Louis Granier et Antoine Fontaine sont tour à tour emprisonnés dans les geôles nîmoises, le château est en partie détruit, les biens du seigneur Robecq de Montmo-rency et de l’église saisis et vendus au profit de la nation.

Au XIXème siècle, la construction de la ligne de chemin de fer, achevée en 1845, permet un grand développement de la viticulture. Les vins bernissois se vendent dans toute la France. Les propriétaires des vignes s’enrichissent et édifient les grandes maisons bourgeoises en bordure des boulevards. La localité devient alors un magnifique village que l’on désigne par « Bernis la flour dou païs »

Photo de la gare de l'époque

Aux environs de 1870, la destruction du vignoble par le Phylloxera amorce les graves crises viticoles successives qui vont plonger durablement le village dans la récession. L’arrivée de l’électricité en 1908 et la construction du groupe scolaire en 1912 semblent vouloir inciter à un renouveau bien vite anéanti par la grande guerre de 1914-1918.

Photo de l'époque avec les tonneaux de vin

A partir des années 1941, la construction de la cave coopérative « les Vignerons de Bernis » redonne un espoir hélas assombri par la seconde guerre mondiale.

Au cours de toutes ces longues années de crise, la population du village, dont le plus haut niveau était de 1309 habitants en 1861, ne cesse de chuter pour atteindre le minimum de 625 habitants en 1945. Ce n’est seulement qu’à partir de 1965, avec l’aménagement de la zone industrielle  en bordure de la nationale 113, puis quelques années plus tard la construction du premier lotissement, que la commune s’engage vers le grand développement que nous connaissons aujourd’hui.

Géographie

La commune de Bernis, incluse dans le canton de Vauvert, fait partie de la Communauté d’Agglomération Nîmes Métropole.

De forme grossièrement rectangulaire, elle est limitée au Nord par la commune de Milhaud, au Sud par les communes de Aubord et de Beauvoisin et à l’Ouest par la commune d’Uchaud.

Son altitude moyenne est d’environ 20 mètres. Son territoire se développe sur une superficie d’environ 1214 hectares à partir de la pointe méridionale des coteaux nîmois dans la plaine de Vistrenque et sur les bourrelets des Costières.

Ces trois unités géographiques résultant de déformations tectoniques sont très différentes. Elles se répartissent du Nord au Sud :

  • Les coteaux cévenols, constitués d’épais bancs de roches calcaires formées à l‘ère secondaire, s’enfoncent sous la plaine du Vistre. Ils connurent tout à tour le flux et le reflux des cultures. Ils sont aujourd’hui le domaine incontesté de la garrigue.
  • La plaine de la Vistrenque est une plaine alluviale dont les alluvions déposées par le Rhône sont recouvertes en surface de limons dus en grande partie aux débordements du Vistre.

    Une nappe phréatique, alimentée par des courants venant des garrigues, coule sous ses alluvions à une profondeur moyenne de 12 mètres. C’est sur ces terrains où prédominent cultures maraîchères et fruitières, en bordure des garrigues, que le village de Bernis s’est implanté et développé au fils du temps.
  • Les Costières, dont le sol est constitué par des dépôts laissés par le Rhône, comprend de nombreux galets associés à du gravier et du sable. C’est ici le domaine de la vigne et des arbres fruitiers.

Tourisme

Bernis est un village typique moyenâgeux languedocien. De nos jours, l’esquisse de la motte féodale s’y devine encore au cœur de l’enceinte médiévale dessinée par une magnifique circulade ombragée de platanes centenaires et bordée de maisons bourgeoises du XIXème, souvenirs des grandes heures de la viticulture régionale.

A l’intérieur, outre la veille tour carrée du XIIIème siècle devenue emblème du village et le vieux château fortement endommagé par les siècles, au détour d’une des nombreuses ruelles aux noms évocateurs (rue de la Juiverie, rue de Four, rue de la Coquille, la Grand Rue), on peut remarquer çà et là en façade des vieilles demeures, quelques discrets vestiges architecturaux (croisées de fenêtre, pas de porte, une enseignes de charron…) témoins du riche antécédent historique du village.

Phot en noir et blanc de la tour

Le plus bel ensemble architectural moyenâgeux est sans conteste l’église Saint André.

Construite dans le premier quart du XIIème siècle sur les fondations d’un primitif prieuré bénédictin implanté à proximité de l’antique Via Domitia, elle ne conserve de cette époque que les trois travées de décharges doubles de la nef et sa façade de calcaire rose agrémentée d’un magnifique porche provençal. Le clocher beaucoup plus tardif date du XVèmesiècle.

A l’intérieur, à remarquer, la deuxième colonne de gauche n’est autre qu’une borne milliaire de l’empereur Claude (41-54 ap. J.C.) empruntée à la Via Domitia, trois grands tableaux du peintre nîmois Melchior Doze (1827-1881), la magnifique pierre tombale du XVIIème siècle portant les blasons de Louis Bérard et de sa femme Louise Brémond. Elle mérite à elle seule le détour !

Photo de l'église

 

Circuit de promenade à Bernis:

Circuit de marche

Le chemin des capitelles

Source : site internet de Bernis - http://www.lesamisdebernis.org/fr/information/35983/fond-documentaire

Les élus communautaires

Granchi Théos

Membre du Bureau communautaire, délégué aux mobilités et accessibilités
Maire de Bernis


Infos pratiques

Mairie

M. le Maire : Théos GRANCHI

Coordonnées :

17 Boulevard Charles Mourier
30620 Bernis

Tél. : 04 66 71 10 15
Fax : 04 66 71 66 63

Horaires d'ouverture :

Du lundi au jeudi de 8h à 12h et de 16h à 18h.
Le vendredi de 8h à 12h et de 14h à 17h.

Archives communales

Cliquez sur le visuel ci-dessous pour accéder aux archives de Bernis :

27

agenda

Evénements
Mois précédent Février Mois suivant
L M M J V S D
  01 02 03 04 05
06 07 08 09 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
28  

Tous les événements