Diminuer le texteAppuyer sur Ctrl - pour diminuer la taille du texte
Agrandir le texte
Appuyer sur Ctrl + pour augmenter la taille du texte
Imprimer le contenu de la page (Nouvelle fenêtre)
Appuyer sur Ctrl + p pour imprimer la page.




Eau

Nîmes Métropole gère le captage, le traitement, le transport et la distribution de l'eau potable sur son territoire. Sécuriser l'approvisionnement et prévoir l'avenir en sont des enjeux majeurs.

LE SCHEMA DIRECTEUR EAU POTABLE

Pour garantir la quantité et la qualité de l'eau, Nîmes Métropole s'appuie sur son schéma directeur qui est en cours de révision.

Ses principaux objectifs sont :

  • desservir les abonnés actuels et futurs dans des conditions satisfaisantes
  • sécuriser la desserte en eau en interconnectant les réseaux et en limitant les pertes d'eau
  • favoriser les ressources souterraines qui ne nécessitent pas de traitement, et donc limitent les dépenses énergétiques ainsi que la création de déchets.

QUELLE UTILITE ?

Le service public d’eau potable de Nîmes Métropole gère l’eau potable depuis sa production jusqu’à sa distribution aux usagers.

Outre ses objectifs premiers, les ouvrages d’eau potable participent également à la défense incendie (qui reste néanmoins de la responsabilité des communes) et aux arrosages.

Parallèlement, Nîmes Métropole élabore un schéma directeur d’eau brute afin d’estimer l’intérêt ou non de créer un réseau d’eau non potable sur l’agglomération. Les résultats de cette étude, ainsi que le schéma directeur d'assainissement, le schéma de cohérence territoriale, l'Agenda 21, les évolutions urbanistiques des communes, etc. ont été pris en compte dans le schéma directeur d'eau potable.

Concrètement le schéma directeur d’eau potable, c'est pour les 20 prochaines années :

  • Garantir l'alimentation en eau potable en fournissant les quantités nécessaires, en assurant une qualité optimale et en sécurisant la distribution
  • Assurer une meilleure qualité de service et une alimentation en eau de tous les quartiers desservis, même en cas d'interruption momentanée d'un des points de ressources
  • Réduire les pertes d’eau des réseaux par la mise en œuvre d'un programme ambitieux de renouvellement des conduites et branchements
  • Développer de nouvelles ressources en eau, des réseaux d'adduction et des ouvrages de stockage afin de faire face à l'évolution prévisible des consommations
  • Réaliser des interconnexions pour assurer une sécurisation de l'alimentation en eau.

REDUIRE LES FUITES

Le rendement du réseau d’eau potable permet de donner une image du taux de pertes d’eau appelées FUITES.

C’est un pourcentage calculé à partir du ratio entre le volume d’eau consommé et le volume d’eau introduit dans le réseau.

Ce taux est très variable au niveau national. Facile à calculer, il ne reflète cependant pas l’aspect réel du réseau du fait de nombreuses variables.

L’amélioration du réseau, et donc la diminution des pertes d'eau, repose sur 2 critères fondamentaux :

  • le temps mis par l’exploitant pour déceler la fuite (toutes n’apparaissent pas en surface et il est difficile de scruter en permanence les 1 672km de réseau de Nîmes Métropole ainsi que les 99 000 branchements)
  • le temps mis par l’exploitant pour réparer la fuite.

Aussi, Nîmes Métropole a-t-elle imposé depuis sa création dans tous les nouveaux contrats d’affermage des objectifs de rendement à atteindre (avec pénalités en cas de non atteinte de ces objectifs).

Parallèlement, Nîmes Métropole investit pour la réduction des fuites :

  • pose de compteurs de sectorisation pour traquer plus facilement les secteurs fuyards
  • renouvellement des canalisations et des branchements
  • restructuration du réseau.

Pour participer activement à ces recherches, tout citoyen peut nous aider !

Connectez-vous sur TELLMYCITY !