Diminuer le texteAppuyer sur Ctrl - pour diminuer la taille du texte
Agrandir le texte
Appuyer sur Ctrl + pour augmenter la taille du texte
Imprimer le contenu de la page (Nouvelle fenêtre)
Appuyer sur Ctrl + p pour imprimer la page.




Gemapi

Protection des biens et des personnes

L’Agglomération a mis en place un vaste plan d'aménagement hydraulique via sa compétence « Gestion des milieux aquatiques et prévention des Inondations » (Gemapi).

Site des Antiquailles : un colosse pour faire face aux inondations

Entré en service fin 2022, le site d’Antiquailles, composé d’un ouvrage de transfert et d’un bassin-carrière, joue un rôle-clé pour prémunir les Nîmois des inondations.

Impossible d’oublier le terrible épisode d’octobre 1988 ! Depuis, la Ville de Nîmes puis Nîmes Métropole et l’Établissement public territorial de bassin (EPTB) Vistre Vistrenque ont redoublé d’efforts pour développer une stratégie et réaliser des aménagements de protection.

Les vastes Programmes d’actions de prévention des inondations (PAPI), ont permis de réaliser de multiples bassins de rétention en amont, de recalibrer des cadereaux(*) dans la zone urbaine, de créer des bassins de compensation à l’aval.

Dans le cadre du PAPI II Nîmes Cadereaux qui s’achève, les travaux les plus significatifs ont porté sur le creusement - toujours en cours -, du bassin-carrière des Antiquailles et sur son ouvrage de transfert, véritable réseau de canalisations de grandes dimensions, déployé de mars 2021 à octobre 2022.

Situé au croisement de la route d’Alès (N106) et de l'ancienne route d'Anduze, le site est désormais fonctionnel et joue un rôle de protection actif.

(*) Cadereau = ruisseau ou torrent à sec sillonnant la ville de Nîmes, situé notamment aux pieds de bassins versants, et permettant de canaliser les eaux pluviales lors de fortes pluies. Deux d’entre eux, les cadereaux d’Uzès et d’Alès, convergent directement vers le centre historique de la ville

La mission de cet ouvrage colossal ?

Collecter les eaux de pluies qui ruissellent le long des collines en amont du cadereau d’Alès, et les dévier vers l’ouvrage d’Antiquailles. A l’issue de chaque épisode pluvieux, un système de pompage permet de renvoyer les eaux collectées dans le bassin-carrière, vers la partie basse du cadereau, et ainsi de le vider en prévision d’un nouvel épisode pluvieux.

Une gigantesque carrière

Extraites jusqu’à 70 mètres de profondeur, la terre et les pierres de cette gigantesque carrière de 7,5 hectares, sont revendues pour réduire le coût de réalisation des travaux du bassin des Antiquailles. Avec la poursuite du creusement, sa capacité de rétention augmentera d’environ 200 000 m³ par an pour atteindre 1,8 million de m³ à l’horizon 2031, soit deux fois plus que la capacité totale des 21 bassins de rétention existants réunis qui est de 900 000 m³ ! L’ouvrage interceptera alors 20% des eaux de pluies en amont du cadereau d'Alès.

Un site vertueux

Découvrez la vidéo de construction du bassin des Antiquailles