Diminuer le texteAppuyer sur Ctrl - pour diminuer la taille du texte
Agrandir le texte
Appuyer sur Ctrl + pour augmenter la taille du texte
Imprimer le contenu de la page (Nouvelle fenêtre)
Appuyer sur Ctrl + p pour imprimer la page.




Publié le 27 avril 2021

Reconversion de l’ex-base Ocvia : la maison d’arrêt et la future ZAE Nîmes Sud se dessinent

 

 

Le cœur de l’ancienne base travaux Ocvia a battu de nouveau ce jour tandis que Franck Proust, président de Nîmes Métropole, a présenté sur site les projets de reconversion de la zone. Si d’ici 2027, une maison d’arrêt y verra bien le jour, un autre projet stratégique se dessine : celui du développement de la 22ème zone d’activités économiques (ZAE) de l’Agglo, la ZAE Nîmes Sud.

 

Auparavant à vocation agricole, le site a servi de base vie à la société Ocvia pour la construction du contournement ferroviaire Nîmes-Montpellier réalisé entre 2015 et 2019. Actuellement démantelé et à l’état de friche, d’une superficie de 71 ha, il est situé à la croisée de la LGV de contournement ferroviaire Nîmes-Montpellier et de la voie ferrée Nîmes-Le Grau du Roi, sur trois communes : Nîmes - en grande partie -, Milhaud et Générac.

 

L’objectif est de mixer deux projets de reconversion : d’une part la future maison d’arrêt, d’autre part une nouvelle zone d’activités économiques (ZAE Nîmes Sud), à l’horizon 2027. Le premier constituant un moteur important pour le réaménagement du site, comme l’explique Franck Proust, président de Nîmes Métropole : « Cet équipement public d’envergure que sera la prison ne détériorera pas la viabilité économique de la zone, mais va, au contraire, la dynamiser ! ».

 

Une ambition portée par Frédéric Touzellier, premier vice-président de Nîmes Métropole, délégué à l’aménagement du territoire et maire de Générac : « L’opportunité d’avoir la maison d’arrêt sur la plateforme Ocvia va donner nouveau sens à ce territoire et une attractivité génératrice d’emplois ». Les chiffres prévisionnels en témoignent : 150M€ de travaux, 700 détenus accueillis, 300 à 350 emplois générés, 4M€ de prestations d’entretien, de blanchisserie et de restauration à des prestataires locaux...

 

Et Franck Proust de remercier tout particulièrement Françoise Dumas, députée du Gard, « qui a œuvré au quotidien pour l’avancée de ce dossier », tandis que le choix gardois n’était pas acquis. Toutes les conditions sont désormais réunies pour créer un établissement pénitentiaire « digne de ce nom » - face à la surpopulation de la maison d’arrêt actuelle -, et parfaitement situé, d’après la députée gardoise.

 

Ce double projet de maison d’arrêt et de ZAE est « la récompense d’un travail d’équipe » entre toutes les parties prenantes dont se félicitent conjointement le président de l’Agglomération et Marie-Françoise Lecaillon, préfète du Gard : « C’est l’aboutissement d’un travail commun de plusieurs années, qui va générer d’importantes retombées économiques pour le territoire tout en mettant en place des conditions d’incarcération décentes pour les détenus et leur famille ».

 

A noter que pour l’ingénierie et le montage opérationnel de ce dossier, Nîmes Métropole sera accompagnée par l’Établissement public foncier (EPF) d’Occitanie. D’une durée de 5 ans et d’un périmètre s’étendant sur l’ensemble du site (71 ha), une convention d’intervention foncière de 3,3M€ doit être prochainement entérinée entre Nîmes Métropole et l’EPF d’Occitanie pour la mise en œuvre opérationnelle du projet. Quant à elle, la réalisation de la future ZAE de Nîmes Sud se fera par une procédure de zone d’aménagement concerté (ZAC).

 

Supports à disposition :

 

 

Présents ce jour lors de la conférence de presse :

(Légende photo 1, de gauche à droite)

 

  • Georges Borras, directeur général adjoint de l’Etablissement public foncier (EPF) d’Occitanie,
  • Olivier Fabregoul, vice-président de Nîmes Métropole, délégué au développement économique,
  • Franck Proust, président de Nîmes Métropole,
  • Françoise Dumas, députée du Gard,
  • Marie-Françoise Lecaillon, préfète du Gard,
  • Jean-Luc Descloux, maire de Milhaud
  • Jean-Christophe Grégoire, vice-président de Nîmes Métropole, délégué à l’aménagement des zones d’activités (ZAE)

 

 

 

Retour à la liste des actualités