en chiffres

  • 6,5 Km
  • 14 stations
  • Site propre réservé
  • 2 parkings relais d’une capacité totale de 350 places
  • 10 véhicules guidés de 18 m de long
  • Vitesse commerciale de 18 km/h
  • Un passage toutes les 5 minutes en heure de pointe
  • Service de 5h20 du matin à 22h
  • Fréquentation de 12 000 voyages par jour

Dates repères de la T1

16 février 2015
Lancement des travaux préparatoires

2 novembre 2015
1ère phase de travaux plateforme et places, côté intérieur de l’Écusson

17 mai 2016
2e phase de travaux, côté extérieur de l’Écusson

3 décembre 2016
Mise en service du tram’bus autour de l’Écusson

 

 

Diminuer le texte Appuyer sur Ctrl - pour diminuer la taille du texte
Agrandir le texte
Appuyer sur Ctrl + pour augmenter la taille du texte
Envoyer l'adresse de la page à un ami Imprimer le contenu de la page (Nouvelle fenêtre)
Appuyer sur Ctrl + p pour imprimer la page.

Exporter au format PDF (nouvelle fenêtre)



TCSP

Depuis le 3 décembre 2016, avec la mise en service de la ligne T1 autour de l’Ecusson, c'est un ambitieux réseau de Transports collectifs en site propre (TCSP) qui est en train de se déployer sur l'Agglo pour faire face au défi de la mobilité du XXI siècle.

Le TCSP : pivot d'un système global de transports

Un Transport en Commun en Site Propre (TCSP), c'est d'abord un site sécurisé et préservé de la circulation automobile qui permet à un matériel roulant de grande capacité de desservir au mieux des axes urbains structurants, en bénéficiant d'une priorité aux carrefours.

Réaliser un réseau de TCSP permet de développer la complémentarité des modes de transport avec la création de parkings relais :

  • Maîtrise de la circulation automobile
  • Amélioration de la politique de stationnement
  • Développement des modes alternatifs de déplacements doux.

Pourquoi amener des lignes de TCSP dans l'agglomération nîmoise ?

  • Pour améliorer les déplacements : le TCSP attire une nouvelle clientèle par sa rapidité, sa praticité, son confort et son accessibilité. Connecté aux autres moyens de transports, il devient l'épine dorsale des déplacements.
  • Pour dynamiser l'économie : par son amplitude horaire et sa fréquence, le TCSP stimule l’activité commerciale et constitue un vrai levier de développement économique pour l’agglomération. Il renvoie aussi une image de métropole dynamique, bénéfique pour l’attractivité économique.
  • Par respect de l’environnement : le TCSP est le mode de déplacement motorisé qui consomme le moins d’énergie par kilomètre et par personne. Il permet également de diminuer la pollution sonore. Les axes utilisés par le TCSP sont apaisés, moins bruyant, plus accueillants pour les piétons et les cycles.
  • Pour redessiner la ville : le TCSP permet de requalifier les voiries qu'il traverse, avec davantage d’espaces verts et de lieux de convivialité.
  • Pour plus de solidarité : le TCSP est accessible à tous. Son tarif est identique au ticket de bus, les abonnements adaptés à la situation de chacun (étudiant, demandeur d’emploi...). Son accès de plain-pied est pensé pour les personnes à mobilité réduite. Avec le TCSP, les échanges sont facilités entre les quartiers…

Le tram'bus gagne le coeur de la métropole

Désormais, la ligne de tram’bus T1 part de l’A54, file sur la rue de la République et fait la boucle autour des quatre grands boulevards nîmois ceinturant l’Ecusson.

Outre la finalisation de cette ligne moderne, confortable et rapide, c’est tout le centre-ville qui a accompli une vraie cure de jouvence. Places rénovées, larges trottoirs pour les piétons et pistes cyclables… Et au final, une circulation en transport public plus efficiente et agréable. Le centre-ville est rendu à ses commerçants et aux Nîmois dans un écrin beaucoup plus soyeux.

Le nouveau visage des grands boulevards de l’Ecusson

Premier changement visible, les boulevards de ceinture de l’Écusson (Victor Hugo, Alphonse Daudet, Gambetta et Amiral Courbet) ont fait peau neuve. On y trouve toujours 2 voies de circulation auto, mais désormais 1 voie tram’bus, côté intérieur. Cette voie tram’bus, garantissant les temps de parcours pour les usagers des transports en commun, est interdite à la circulation auto et au stationnement. Autre nouveauté, l’espace public a été entièrement repensé. Les aménagements liés au tram’bus ont été réalisés de façade à façade. À la place des voitures en stationnement, les trottoirs ont été réaménagés, avec des liaisons cyclables continues autour de l’Écusson. L’éclairage public, le mobilier urbain, les feux tricolores, les espaces verts ont été également rénovés. Moins visibles mais essentiels dans la gestion des eaux pluviales, des travaux de renforcement des cadereaux sous les boulevards de ceinture de l’Écusson ont été réalisés conjointement à la plateforme tram’bus.

Un cœur de ville embelli et attractif

Avec tous ces aménagements, le cœur de ville s’est particulièrement embelli : le tram’bus est bien plus qu’un mode de déplacement performant. Le prolongement de la ligne de tram’bus autour de l’Écusson va contribuer à l’essor économique, commercial et touristique de notre agglomération. Ainsi, 12 000 voyages par jour sont attendus pour 2017 sur l’ensemble de la ligne de tram’bus, soit un gain de 55 % par rapport à la situation actuelle, en créant une nouvelle alternative à la voiture pour accéder au cœur historique de Nîmes Métropole. Dès la mise en service, le nombre de voyageurs transporté était déjà supérieur à 10 000. Ce prolongement est aussi au service de notre qualité de vie. C’est d’abord une réponse aux besoins de nouvelles mobilités dans l’agglomération. Ainsi, le réseau Tango de Nîmes Métropole est totalement restructuré autour de cette ligne T1. De plus, l’aménagement du tram’bus a permis la rénovation des boulevards et des places qui ceinturent l’Écusson. Avec le tram’bus, l’attractivité du cœur historique et de ses 1 000 commerces se renforce.

Une nouvelle ère des transports débute

Au-delà de cette ligne T1, offrant une image dynamique et moderne à notre centre, c’est tout le réseau de transport nîmois qui fait sa mue.

Le réseau Tango repose désormais sur trois lignes structurantes à fréquence de 10 minutes, trois lignes fortes (passage toutes les 15 minutes) et quatre lignes complémentaires à fréquence de 20 minutes (les citer ?). Les lignes desservant les secteurs peu denses sont maintenues, même si leurs fréquences sont adaptées. Les lignes dites scolaires, les lignes Tempo, restent inchangées. Enfin, l’offre est calibrée dans le péri-urbain en fonction des vacances, des samedis ou l’été, par exemple… Si ce réseau doit permettre de rationaliser l’offre, il doit se montrer plus performant, mais aussi plus économe.

Après le tour de l’Ecusson, la T1 prend la direction du sud vers Caissargues. Le projet concerne le prolongement de la ligne actuelle, depuis son terminus A54 jusqu’au sud de la commune de Caissargues. Il comprend l’aménagement de 3 km de voies sur la route de Saint Gilles et la RD42, avec 4 stations et 2 parkings relais. L’enquête publique va se dérouler en fin d’année 2017, les travaux devraient ensuite durer un an, pour une mise en service courant 2019.

En parallèle, la 2e ligne de tram’bus « Diagonal » est en route. Elle traversera Nîmes d’Est en Ouest, du CHU à Paloma. La concertation menée en 2016 a permis, de par son nombre de participants, de démontrer le fort intérêt des habitants de l’agglomération pour ce projet majeur. Le tracé définitif issu de cette concertation et des validations des élus de Nîmes Métropole et de la Ville de Nîmes sera présenté lors de l’enquête publique prévue fin 2017.

 

Accéder à l'espace dédié au prolongement de la T1.

21

agenda

Evénements
Mois précédent Octobre Mois suivant
L M M J V S D
  01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31  

Tous les événements